LA CHARGEUSE SUR PNEUS DE PETITE PUISSANCE : Elle a tout d’une grande

C’est en 1951 que ce type de  chargeuse fait son apparition  en Belgique. Un des premiers distributeurs à l’introduire est  la société Decauville- Ainé avec la petite chargeuse Payloader H-25  d’International équipée d’un moteur Waukesha soit à essence soit diesel. Un an plus tard,   Peetersco devient l’importateur des machines Zettelmeyer parmi lesquelles on trouve une petite chargeuse sur pneus dotée de deux  roues arrière directrices et motorisée en Deutz et qui préfigure ce que sera la L500 le plus petit modèle de la gamme à succès «  Europ ». En 1959, la société MEC (Mechanical Equipment Cy), une société du groupe Bergerat- Dutry  propose quant à elle une chargeuse à châssis rigide Loadmaster Type 500 du constructeur britannique Chaseside Engineering (cette marque sera reprise plus tard  par JCB).  Ensuite, au début  des années 70, c’est  Wynmalen & Hausmann- Omnimat  qui importe  Paus, une chargeuse articulée  4x4 d’origine allemande et  motorisée par un diesel de 54CV. Il faudra attendre les années 80 et  90  pour que  les constructeurs de chargeuses de plus de 100CV s’intéressent à ce créneau. Citons ; Case, Caterpillar, Fiat-Hitachi, Hanomag, JCB, Komatsu,  Liebherr, O&K, Volvo, etc. La part du marché des petites chargeuses représente  environ 20% à 25% du total des ventes des chargeuses de moyenne et de  grande puissance.

PORTRAIT

La petite chargeuse sur pneus offre de bonnes caractéristiques de cinématique de levage (hauteur, portée et force de levage). Elle est apte à travailler sur des mauvais terrains grâce à son importante garde au sol (jusqu’à 550mm), due souvent à des ponts portiques, et à un  différentiel autobloquant. La plupart des constructeurs offrent des machines à cinématique parallèle ou classique en « Z ». La cinématique « parallèle » permet de travailler un peu plus facilement avec des fourches à palettes. Il n’y a en effet pas de besoin de corriger l’angle des fourches par rapport au sol lors du levage. Quelque soit sa cinématique, ses domaines d’applications sont nombreux ; marchands de matériaux, petits travaux de voiries , entreprises du BTP,  agricoles, d’espaces verts, communes et régies routières par exemple.  De plus, elle est la machine polyvalente par excellence qui présente une source de rentabilité certaine pour les utilisateurs. En effet, elle peut recevoir une panoplie d’accessoires divers : godet de reprise, 4 en 1,  fourches à palettes, potence, balayeuse, lame bull, goulotte à béton, chasse- neige, pince à grumes,  scarificateur etc. Couramment elle est dotée  d’une transmission hydrostatique qui permet le réglage continu de la vitesse, l’approche lente et le freinage intégré. Notons aussi son châssis articulé  et son oscillation transversale qui se fait soit par le joint central, soit par l’essieu.

© Christian Durieux Tous droits réservés

Liste chargeuses marques et distributeurs

1960 à 2000

 

Atlas ( Atlas Kranen, Verbist), Ahlmann ( Ets Paul Gijbels, Ahlmann Nederland), Bobcat ( Melroe Bobcat), Caterpillar ( Treco), Case ( Case Belgium, Bestmat),  Comet, Fiat- Hitachi ( Luyckx ), FAI ( Godart, Interparts  ),  Foredil  (Raepers), FDI ( JD Manutention),  Furukawa ( Decauville, Van Gemert, Bia, Belmaco), Fiori, Gehlmax (GKB), Gehl  ( GKB, Vanhoutte Machinery), Hyundai ( HMB), Hanomag (Verbist),  Hydrema-Weimar  (Van Haut ), Jagger ( SGMC), JCB ( JCB Belgium ),  Kramer ( Treco, Gaspart, Bia), Komatsu (  Sertra, Doornbos), Kubota (Luyckx), Liebherr ( Matermaco), Mitsubishi ( Vemate, BIBM), O&K (Orenstein &Koppel sa/nv), Paus (Wijnmalen&Hausman, Couwberghs), Pel Job (Belmaco), Renders (Renders), Rossi (Claeys) Schäffer (Heusdens ), Striegel (De Potenkapper), Schaeff ( Os. De Bruycker), TCM ( Luyckx, Blackwood-Hodge),Venieri (Mantrec, Belmaco ), Volvo ( Belmaco, VCM), Weidemann ( Hauwe), Weimar (Weimar Baumaschinen), Zettelmeyer (O. Delcourt, Blacwood-Hodge, VME), Yanmar (Zwaans),