LES ENGINS DU FUTUR : RÊVES OU RÉALITÉ ?

Flashback…

Il y a un peu plus d’un an, le constructeur Japonais Komatsu annonçait : «  Dans un futur proche, moins de 10 ans, les machines INTELLIGENTES seront courantes ». À la Bauma, il présentait en première mondiale, sa dernière innovation technologique à savoir : un bouteur et une pelle hydraulique équipés d’un « Système Intelligent de Contrôle de la Machine » intégré dans les vérins de la lame  du bouteur et les vérins de la pelle hydraulique. Pour le constructeur, ce système « Intelligent » est de plus en plus utilisé pour faire des économies de chantier et augmenter d’une manière significative la productivité.

Une autre évolution a consisté au développement d’engins hybrides ; pelles, chargeuses, télescopiques, bouteurs, véhicules divers, etc.  Il en va de même avec des systèmes de sécurité et de « suivi à distance » qui permettent de diagnostiquer pro-activement soit une panne  de l’engin et par la force des choses d’y remédier soit les entretiens à faire, le tout sur un site web sécurisé. En engins hybrides, rares sont les constructeurs d’aujourd’hui qui ne proposent pas des machines  ou des solutions de ce type. En résumé, l’hybride permet de réduire notablement la consommation de carburant, les CO2 et par de là protège notre environnement. En ce qui concerne le « suivi à distance » la  grande majorité des constructeurs  proposent également leur système. De nos jours, c’est devenu une chose courante.

… et demain ?

À voir tous les croquis « futuristes » sortis de l’imagination des créatifs  des bureaux de design on va, sans aucun doute , arriver à des machines qui n’auront peut être plus  besoin d’opérateurs, mais qui seront probablement programmées comme des robots  pour effectuer tel ou tel travail (exemple la tondeuse  robot  pour gazon qui tond elle-même votre pelouse suivant un modèle pré défini), et des projets « tout aussi fou  l’un que l’autre», quoique… pas si fous que ça en définitive à voir avec quel engouement les constructeurs  se sont penchés sur ces « drôles de machines » du futur.

Close up sur quelques projets

Volvo qui a toujours été à la pointe de nouvelles solutions technologiques a présenté  en 2008 dans son magazine « Spirit »son tombereau Centaur, une allusion à la mythologie grecque,  qui revisite d’une façon radicale le concept traditionnel du tombereau. En voici quelques extraits :

«  Cette machine sera entièrement  protégée par un scanner de proximité au laser qui  surveillera  en permanence les personnes et objets situés dans son environnement immédiat

«  Quant à l’opérateur ses empreintes digitales deviennent sa « clé» et le Centaur règle automatiquement toutes les commandes selon ses préférences. Le trajet se fait en douceur car la cabine flotte, suspendue en l’air par un champ électromagnétique »

 « Le Centaur  est propulsé par un entraînement électrique hybride ultra-efficace alimenté par un système de freinage par récupération et des panneaux solaires pour les commandes auxiliaires ».

« Il aura même « plusieurs visages » puisque Volvo  le voit se convertir  instantanément en porteur de grumes, de canalisations et même en camion-citerne ! ».

 Comme on peut le constater, le projet Centaur  n’est pas de la science-fiction, il verra le jour dans+-  une vingtaine d’années pronostique le constructeur Suédois. Que dire encore de sa pelle Sfinx et de sa chargeuse  Gryphin , si ce n’est qu’une fois de plus, le constructeur suédois possède le  talent et l’imagination de concevoir ce que sera la machine dans un  futur pas si éloigné que ça (dernièrement, Volvo a présenté à Göteborg  sa voiture sans chauffeur qui devrait  être  disponible en 2020 !). Attention toutefois, celui-ci n’est pas le seul constructeur  à se projeter dans l’avenir. Pour le constructeur allemand Wacker-Neuson  la démarche a été de confier à des étudiants autrichiens en design  de  concevoir des engins de constructions  aux traits futuristes permettant de faciliter ou de simplifier les tâches de terrassement ou de le rendre plus efficace à une condition : la compacité. Toutes les solutions intelligentes étaient permises. Les étudiants ont répondu  aux attentes voire les dépasser. C’est ainsi qu’il y a quelques mois à peine,  Wacker-Neuson,  a présenté trois projets sortis de l’imagination de ses étudiants à savoir : une mini-pelle  compacte   équipée d’un contrepoids mobile et de quatre chenilles, (une configuration que plusieurs constructeurs  ont imaginé dans leur projet). Son nom : Strider Tr. Vient ensuite un mini transporteur sur chenilles , le Comb qui dispose  d’une commande GPS autonome combinée au dispositif de changement pour benne  ce qui démultiplie son efficacité et enfin  un robot de démolition électrique radio commandé lui aussi doté de quatre chenilles, le Wrex . Côté gros engins, le Coréen Doosan propose son nouveau concept de pelle avec la CX Eco Transformer qui devrait rentrer en production en 2018. Cette machine  peut travailler sans opérateur. Elle est dotée  à l’avant  d’un scanner qui  scanne le sol devant elle  et qui enregistre  les données dans un ordinateur. Celles-ci sont  « chargées »  et transmises pour  la fonction de creusage. En lieu et place des chenilles habituelles, la pelle est équipée de quatre trains de chenilles séparés et suspendus. Chaque train possède son propre moteur pour le déplacement. Grâce à la suspension séparée de chaque train, la pelle épouse la nature du sol afin d’obtenir une assise stable horizontale. Tous les instruments et les fonctions de contrôles  sont intégrés dans la cabine. Pour les designers de Doosan, les joysticks traditionnels disparaîtront et seront remplacé par des systèmes de contrôles multifonctions. L’idée est de créer une cabine à environnement digitale. On pourrait imaginer qu’il pourrait s’agir d’une sorte d’écran à touches tel utilisé sur un  smartphone. Quant au Français Manitou il n’est pas en reste au contraire. Ainsi, fin 2011, la direction souhaite que le bureau d’études se penche sur une vision d’avenir de Manitou. En se basant sur des technologies de l’ère numérique d’aujourd’hui et à venir, le bureau de design, se rapprochant du bureau d’études sur certains sujets (propulsion, hydraulique…), a développé et proposé en quelques mois seulement trois « Concepts  Trucks » à savoir : un chariot télescopique, un chariot élévateur à mât et une nacelle télescopique. Ceux-ci ont été présentés en juin 2012 lors d’un important événement consacré entre autres à l’innovation. L’idée était de projeter l’image de Manitou dans le futur. En ce qui concerne la conduite de ces engins, le constructeur prévoyait un opérateur, mais aussi  que certaines tâches de travaux soient automatisées selon les métiers. En fonction de l’usage, le client pourrait faire construire sa machine comme il le voudrait. Pour la propulsion il pourrait choisir le tout hydraulique, soit le tout électrique soit encore le tout thermique selon ses applications avec une interface  «  standard Manitou ». Concernant le concept du chariot télescopique, il pourrait être équipé de 4 grandes roues sur pneumatiques dotées chacune d’un moteur hydraulique et d’une cabine brevetée entièrement en verre apte à résister aux normes de sécurité en vigueur. Coté accessoires, le projet prévoyait que la machine les reconnaisse et qu’elle puisse adapter sa transmission voire même sa suspension en fonction de l’accessoire dont elle serait pourvue et du travail qu’elle aurait à faire. Dans le prolongement de cet événement, Manitou a construit un plan d’innovation concret et réaliste, dans lequel nous retrouvons un certain nombre d’innovations issues de ces concepts, qui ont été évaluées pour leur pertinence et leur adéquation avec le marché. Le constructeur sud-coréen  Huyndai propose également  des concepts du futur avec une pelle, un  chargeur sur pneus et  un chariot élévateur. « Des meilleures idées conduits à  une meilleure technologie »  tel est le crédo pour ce constructeur. En effet, le département R&D s’est engagé à vouloir jouer un rôle primordial dans l’évolution des technologies  du future. Pour ce faire, Hyundai  Heavy Industries dispose  d’un institut de recherche pour les engins de construction  ainsi que des instituts de technologie dont un situé en Hongrie. Le constructeur s’efforce  de mettre en avant  une innovation continue afin de livrer des machines  de pointes et respectueuses de notre environnement  qui conviendraient le mieux aux différents besoins de ses utilisateurs. Relevons encore l’Américain Caterpillar  qui a dessiné des esquisses  de  quelques prototypes d’engins de demain : scraper, pelle,  chargeuse et  tombereau et, le  Chinois Sany, qui lui aussi,  s’est projeté dans l’avenir  en soumettant des machines qui pourraient voir le jour, un jour !!. Une  pelle sur pneus   type araignée  ayant pour nom Maxilander  ainsi qu’un engin  « mi-dumper, mi- scraper »  pourvu de quatre chenilles pour la translation.

© Christian Durieux. Tous droits réservés

Sources : Volvo Magazine Spirit  mai 2008,  Lars-Olof Tandberg  Maskin Entreprenören Suède. Mes remerciements  vont à : Manitou Group - Thierry Lehmann  Chief Designer Manitou, Damien Cocton Communication Officer, Filip Andries  Marketing Manager Manitou Benelux- et Beatrice Cardon  Director Communication Development Volvo Group Trucks Operations.