QUE SONT MES AMIS DEVENUS ?(suite)

Qui s’en souvient encore des grues Boom, des chargeurs Tramac ,Renders,  Furukawa et Faun et  des gros tombereaux Michigan, Haulpack et Payhauler ?

Flash-back :

Boom : de la belle ouvrage…

Ce constructeur belge connu sous le nom de « Travaux Métalliques de Boom (Boomsche Metaalwerken nv) » a connu ses jours de gloire dans les années 50 et 60.Beaucoup d’entrepreneurs de l’époque comme Sogetra, CFE, Maurice Delens, Pieux  Franki avaient dans leur parc de matériels « du Boom »  qu’on trouvait également en carrières comme aux Ciments Portland Belge à Harmignies mais également employées aux travaux du canal de Suez. Le constructeur proposait des pelles avec des moteurs électriques et diesel , des pelles spéciales commandées par trois moteurs électriques pour terrains extra durs, des modèles à vapeur, des grues diesel sur chenilles et sur rails et des excavateurs à godets multiples pouvant excaver jusqu’à 30 m de profondeur. Ces pelles mécaniques universelles étaient transformables en grue à grappin, dragline, grue à crochet, pelle en butte et  version rétro. Sa production annuelle environ : 100 unités.

Faun : un oiseau pour le chat …

Ce constructeur allemand  basé à Lauf a. d. Pegnitz  après avoir repris son concurrent Frisch proposait au début des années 80 une gamme complète de chargeurs sur pneus  de 1,5m3  à 7m3 environ ainsi que des pelles sur pneus et sur chenilles, des tombereaux rigides, des niveleuses et des camions à immondices entre autres. Ces machines étaient distribuées exclusivement par Faun Benelux- Afag à Louvain. En 1987 Faun sera repris par O&K qui commercialisera  tous les produits destinés au BTP  sous une nouvelle casquette O&K- Faun. Pas pour longtemps puisqu’en 1998 c’est le groupe CNH qui s’appropriera  de O&K.

Furukawa : made in France

Petit rappel historique. En 1954 Yumbo sortait la première pelle hydraulique à rotation totale. En 1962, Yumbo s’installe à Genas dans la banlieue de Lyon. En 1970, IH France prend une participation majoritaire. En 1986, c’est au tour de l’américain Dresser de racheter  Yumbo  suite au rachat par Dresser de IH. Plus tard, en 1990, c’est le japonais Furukawa qui rachète l’américain Dresser et ses deux centres de production l’un à Chauffailles où se fait la mécanosoudure, et à Genas où sont assemblés les pelles et chargeuses sur pneus. Avec ce rachat, Furukawa a acquis la certitude  d’une technologie et d’un savoir-faire incomparables puisque basé sur plus de 30 années d’expérience dans la construction de pelles hydrauliques. Au cours des années 2000, Genas tombera dans le giron de Hitachi. IH, Yumbo et Dresser ont été distribués par Decauville et Furukawa  successivement par  Decauville, Van Gemert, Bia et ensuite par Belmaco. Fin !

Haulpak-Wabco : une longueur d’avance

Construit par LeTourneau Westinghouse Cy à Peoria dans l’Illinois (USA) ce camion  importé déjà dans les années 50 par Matermaco  offrait des caractéristiques innovantes pour son temps  : une suspension Hydrair constituée par quatre cylindres répartissant la charge équitablement, une benne en « V » qui transporte jusqu’à 10 %  de matériau en plus qu’une benne conventionnelle, un rayon de braquage de 13,5 m seulement permettant un positionnement rapide sous la pelle, un centre de gravité très bas et un moteur de 283kW/ 385ch. Notons aussi une transmission Powershift Torqmatic, des vérins à double effet, des freins à disques multiples et le fameux différentiel répartiteur de puissance. Plus tard cette marque prestigieuse sera reprise d’abord par le constructeur Dresser Industries  et ensuite  par Komatsu. Pendant un certain temps, les camions seront commercialisés sous Komatsu-Dresser. En 1997 Komatsu sera seul maitre à bord. Pendant plusieurs années, les Haulpak ont été assemblés en Belgique à Gembloux.

Michigan : pas que des chargeuses mais aussi un dumper

En Belgique Michigan était dans les années 50-70 est des acteurs majeurs sur le marché des chargeurs sur pneus. Ils étaient assemblés dans notre pays par la Brugeoise et Nivelles. C’est que l’on sait le moins c’est que ce constructeur proposait également un dumper de 65t. Ce dernier était doté d’une boîte de vitesses Clark Full Power-Shift  à 8 rapports, d’un essieu arrière Clark avec réducteurs à planétaire, d’un moteur  Cummins 12 cylindres ou GM  de 700ch qui lui permettait de dépasser 73km/h sur piste et de franchir sans peine  des pentes défavorables.  En plus, il  recevait une suspension hydro-pneumatique originale simple et d’un rendement élevé. Sa charge utile était de 59t et la capacité de sa benne de 42m3. Michigan était distribué en Belgique par la société Wynmalen & Hausmann

Payhauler : un tout terrain incontournable

Faisant partie de IH ( International Harvester)  Payhauler a connu dans notre pays beaucoup de succès comme  la livraison, par le distributeur Decauville, d’une flotte  de  8 tombereaux  type 95 de 26t de charge utile à Sogetra pour le chantier du plan incliné de Ronquières. La gamme comprenait environ 17 modèles. Le Payhauler  (voir photos) conçu pour les travaux dans les mines et carrières est un camion à traction AV et AR avec roues jumelées sur les deux essieux. Les roues et les pneus sont de même taille. La répartition des charges et d’équilibrage est parfaite. En plus, la charge est exactement la même à l’avant qu’à l’arrière. En toute circonstance il reste bien stable, quelle que soit la façon dont la benne est chargée. Son entraînement suit également cette conception équilibrée tout au long de la ligne de transmission. C’est un effort égal qui parvient du moteur aux roues, par la boîte de vitesses, les arbres de transmission et ses ponts AV et AR. Au milieu des années 80 IH fera faillite et sera repris par l’américain Dresser Industries qui mettra sa clé sous le paillasson quelques années plus tard.  Par après, Payhauler sera cédé à Terex Mining  lui-même revendu par la suite à Bucyrus International  fin 2009.

Renders : les yeux plus grands que le ventre 

Peu de temps après la chute du mur de Berlin de nombreuses entreprises situées en ex Allemagne de l’Est ont été rachetées par des sociétés de l’Ouest. D’où l’opportunité pour la société flamande Renders de Beerse, un important constructeur de remorques,  de faire son marché en acquérant plusieurs sociétés actives dans le secteur de véhicules industriels.  En 1993, Renders comptait pas moins de 13 entreprises en Europe, dont l’usine Wismut  située à Chemnitz (RDA) qui fabriquait des chargeuses sur pneus avec des composants venant de l’Europe de l’Ouest. Par  ailleurs, le constructeur Duro Dakovic implanté en Croatie produisait  des pelles hydrauliques avec la collaboration de la firme Renders  (la photo qui illustre cette brève a été prise  chez Carsid à Marchienne- au-Pont ). Cette société croate produisait également  des chargeuses sur pneus , des véhicules utilitaires,  militaires, mais aussi ferroviaires. Il semblerait qu’aujourd’hui, ce constructeur ait abandonné la fabrication de ses engins de génie civil pour se consacrer à son core business. Quant à Renders,  après avoir été  en grande difficulté financière il  a été déclaré en faillite en novembre dernier. Toutes les machines produites arboraient le logo Renders.

Tramac : une cinématique  des bras de levage originale

Fin des années 60 Tramac  voit le jour avec pour objectif la construction de  chargeuses sur pneus , de matériel de compactage  et de grues télescopiques . Les chargeuses  à châssis articulées  et équipées d’une transmission hydrostatique avaient une cinématique de bras de levage très originale. Ainsi, le modèle illustré, le D40,   avait une hauteur de levage maxi de 4,40m ! Elles étaient construites en France (Le Bouscat)  par la société Tramac-Derruppé et étaient équipées d’une transmission  powershift  et d’une transmission hydrostatique. Leur mode transmission et de régulation, brevetée, permettait de moduler l’effort et la vitesse de travail l’un par rapport à l’autre automatiquement, afin de tirer en toutes circonstances, les meilleures performances sans jamais forcer, ni sous-employer les possibilités. Certains modèles pouvaient recevoir une pelle rétro et une lame de remblayage  à l’arrière. Plus tard, Tramac-Derruppé sera repris par Poclain qui par la suite le cédera au groupe allemand IBH en 1972. IBH disparaitra en 1983 entrainant dans sa chute pas moins d’une dizaine de marques dont Tramac-Derrupé

© CDU-Bull BTP.  Tous droits réservés