SÉCURITÉ ROUTIÈRE

Bande d’arrêt d’urgences : fausse urgence = vrai danger !!

Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 EN-GB 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:10.0pt;
	font-family:"Times New Roman";
	mso-ansi-language:EN-GB;
	mso-fareast-language:JA;}
 
     Maxime Prévot, ministre wallon des Travaux publics et de la Sécurité routière, et la Direction générale des Routes du Service public de Wallonie (SPW) ont décidé de consacrer une campagne de sensibilisation aux dangers que représente l’arrêt sur la bande d’arrêt d’urgence. Les affiches de cette campagne seront visibles, durant tout le mois de novembre, le long des autoroutes et des principales routes régionales du réseau routier wallon .   On a coutume de dire que la durée de vie sur la bande d’arrêt d’urgence oscille entre 15 et 20 minutes. Trop souvent encore, des usagers s’y arrêtent pour des raisons futiles (besoin pressant, coups de fils, réglage de GPS, etc.). Malgré une prise de conscience progressive du danger que représente un arrêt sur cette voie, plusieurs accidents mortels s’y produisent chaque année. Pour rappeler ce qui devrait être une évidence, le ministre Maxime Prévot a validé la proposition de la Direction générale des Routes du SPW de consacrer la nouvelle campagne de sensibilisation à cet enjeu de sécurité routière.Cette campagne vise à rappeler que la circulation ou l’arrêt sur la bande d’urgence ne peut se faire qu’en situation de force majeure, comme le précise le Code de la route. C’est le cas, par exemple, en cas de panne totale du véhicule où la seule solution pour l’usager est de se laisser « glisser » sur la bande d’arrêt .Voici les précautions à prendre lorsqu’on est amené à s’arrêter sur la bande d’arrêt d’urgence : 1) ranger son véhicule le plus près possible du rail de sécurité ou de l’accotement pour s’éloigner au maximum du trafic ; 2) allumer ses feux de détresse ; 3) ne JAMAIS rester dans son véhicule, évacuer les passagers et les mettre en sécurité de l’autre côté du rail de sécurité.4) se vêtir d’une veste de sécurité, c’est obligatoire pour sortir du véhicule rangé sur la bande d’arrêt d’urgence.   Il est par ailleurs important de rappeler que cette bande de circulation est également réservée aux véhicules de secours, à la police et aux gestionnaires de voiries. L’emprunter en cas de files est un comportement incivique qui peut entraîner des conséquences dramatiques.   ©Bull BTP

Maxime Prévot, ministre wallon des Travaux publics et de la Sécurité routière, et la Direction générale des Routes du Service public de Wallonie (SPW) ont décidé de consacrer une campagne de sensibilisation aux dangers que représente l’arrêt sur la bande d’arrêt d’urgence. Les affiches de cette campagne seront visibles, durant tout le mois de novembre, le long des autoroutes et des principales routes régionales du réseau routier wallon.On a coutume de dire que la durée de vie sur la bande d’arrêt d’urgence oscille entre 15 et 20 minutes. Trop souvent encore, des usagers s’y arrêtent pour des raisons futiles (besoin pressant, coups de fils, réglage de GPS, etc.). Malgré une prise de conscience progressive du danger que représente un arrêt sur cette voie, plusieurs accidents mortels s’y produisent chaque année. Pour rappeler ce qui devrait être une évidence, le ministre Maxime Prévot a validé la proposition de la Direction générale des Routes du SPW de consacrer la nouvelle campagne de sensibilisation à cet enjeu de sécurité routière.Cette campagne vise à rappeler que la circulation ou l’arrêt sur la bande d’urgence ne peut se faire qu’en situation de force majeure, comme le précise le Code de la route. C’est le cas, par exemple, en cas de panne totale du véhicule où la seule solution pour l’usager est de se laisser « glisser » sur la bande d’arrêt .Voici les précautions à prendre lorsqu’on est amené à s’arrêter sur la bande d’arrêt d’urgence : 1) ranger son véhicule le plus près possible du rail de sécurité ou de l’accotement pour s’éloigner au maximum du trafic ; 2) allumer ses feux de détresse ; 3) ne JAMAIS rester dans son véhicule, évacuer les passagers et les mettre en sécurité de l’autre côté du rail de sécurité.4) se vêtir d’une veste de sécurité, c’est obligatoire pour sortir du véhicule rangé sur la bande d’arrêt d’urgence. Il est par ailleurs important de rappeler que cette bande de circulation est également réservée aux véhicules de secours, à la police et aux gestionnaires de voiries. L’emprunter en cas de files est un comportement incivique qui peut entraîner des conséquences dramatiques.  ©Bull BTP