OPINION

Caterpillar Belgique : Chronique d’une mort annoncée

Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 EN-GB 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:10.0pt;
	font-family:"Times New Roman";
	mso-ansi-language:EN-GB;
	mso-fareast-language:JA;}
 
      Dans un communiqué du 2 septembre déjà, Caterpillar     envisageait d’allouer les volumes de son site de Gosselies à d’autres centres de production « Nous sommes contraints de prendre des mesures pour réduire la capacité de production et supprimer les coûts de fonctionnement afin de nous adapter à une demande en recul » annonçaitTom Pellette, Group President, responsable pour le segment Construction Industries de Caterpillar Inc.     
  
 
  
     
  
 Normal 
 0 
 
 
 21 
 
 
 false 
 false 
 false 
 
 EN-GB 
 JA 
 X-NONE 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
 
 
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
  
    
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
    
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Tableau Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:10.0pt;
	font-family:"Times New Roman";
	mso-ansi-language:EN-GB;
	mso-fareast-language:JA;}
 
     Cette annonce est liée au plan mondial de restructuration et de réduction des coûts annoncé par Caterpillar Inc en septembre 2015 .    L’annonce de fermeture de Caterpillar à Gosselies n’a pas été pour le secteur du BTP une vraie surprise du moins pour le distributeur Bergerat Monnoyeur Belgique. Cela devait arriver, mais quand ? Déjà en 2013 environ 1400 emplois avaient été supprimés. Depuis lors, cette usine était dans le collimateur de Peoria. À entendre  Paul Magnette  « les multi nationales dont Caterpillar fait partie se comportent parfois comme des voyous  ». Il n’a pas tort, mais ces propos manquent d’objectivité. Quant au titre accrocheur du journal Le Soir qui annonce en première page que c’est la Suisse qui siphonne les bénéfices, cela me laisse pantois.  Et alors quand bien même !! Toutefois provenant de ce canard rien ne m’étonne de sa part. Populiste rien de plus. Revenons aux choses sérieuses. Cela fait des années que le géant américain connaît une récession la plus longue de son histoire, et ce depuis 2012. Cependant il  reste bénéficiaire !! En un an, Caterpillar a supprimé 13.900 emplois dans le monde sans compter Gosselies. Mais personne ne s’est posé la véritable question : pourquoi la fermeture de Gosselies. Oui pourquoi ???  Depuis la crise financière de 2007-2008, le marché mondial des engins de construction s’est effondré. Aujourd’hui, sur tous les continents l’Europe, l’Asie l’Amérique, entre autres, tous les constructeurs peinentà remonter la pente. En Europe, et même en Belgique on assiste à une véritable guerre des prix entre constructeurs et distributeurs. L’Europe un marché qui ne parvient pas à décoller même si des indicateurs annoncent pour cette année un léger mieux. Selon le dernier rapport du CECE (Le Comité européen des équipements de construction) les ventes des machines de terrassement en 2015 ont subi une légère baisse de 3% par rapport à 2014. Ces chiffres comprennent  la Russie  avec une chute de-70%  d’après le VDMA et la Turquie. En Asie aussi rien de va plus, particulièrement en Chine, même pour Caterpillar  China qui entre parenthèses fournit à Gosselies les châssis pour ses pelles hydrauliques.  Autre secteur en crise, les mines à ciel ouvert. En cause la baisse des prix des matières premières. Oui, notre secteur tire la langue. En ce qui concerne Gosselies, cette magnifique usine mise en service en 1968, la principale et  plus grande hors des États-Unis,  est devenue au fil du temps une petite usine d’assemblages uniquement !!Les coûts horaires ainsi que les  trop nombreuses grèves répétitives n’ont pas arrangé les choses malheureusement, le tout dans un climat social pourri. Qui se souvient encore de la fermeture en début 2015 de l’usine du constructeur sud-coréen Doosan (ex Daewoo) ? Là aussi cela été une annonce brutale avec la perte d’emplois de plus de 300 personnes. Motif :un marché européen peu porteur. Rebelote !!      © CDU. Sources ; L’Echo, Le Moniteur Matériels –Paris. ©photo Cat Magazine

Dans un communiqué du 2 septembre déjà, Caterpillar envisageait d’allouer les volumes de son site de Gosselies à d’autres centres de production « Nous sommes contraints de prendre des mesures pour réduire la capacité de production et supprimer les coûts de fonctionnement afin de nous adapter à une demande en recul » annonçaitTom Pellette, Group President, responsable pour le segment Construction Industries de Caterpillar Inc. Cette annonce est liée au plan mondial de restructuration et de réduction des coûts annoncé par Caterpillar Inc en septembre 2015.

L’annonce de fermeture de Caterpillar à Gosselies n’a pas été pour le secteur du BTP une vraie surprise du moins pour le distributeur Bergerat Monnoyeur Belgique. Cela devait arriver, mais quand ? Déjà en 2013 environ 1400 emplois avaient été supprimés. Depuis lors, cette usine était dans le collimateur de Peoria. À entendre  Paul Magnette « les multi nationales dont Caterpillar fait partie se comportent parfois comme des voyous ». Il n’a pas tort, mais ces propos manquent d’objectivité. Quant au titre accrocheur du journal Le Soir qui annonce en première page que c’est la Suisse qui siphonne les bénéfices, cela me laisse pantois.  Et alors quand bien même !! Toutefois provenant de ce canard rien ne m’étonne de sa part. Populiste rien de plus. Revenons aux choses sérieuses. Cela fait des années que le géant américain connaît une récession la plus longue de son histoire, et ce depuis 2012. Cependant il  reste bénéficiaire !! En un an, Caterpillar a supprimé 13.900 emplois dans le monde sans compter Gosselies. Mais personne ne s’est posé la véritable question : pourquoi la fermeture de Gosselies. Oui pourquoi ???  Depuis la crise financière de 2007-2008, le marché mondial des engins de construction s’est effondré. Aujourd’hui, sur tous les continents l’Europe, l’Asie l’Amérique, entre autres, tous les constructeurs peinentà remonter la pente. En Europe, et même en Belgique on assiste à une véritable guerre des prix entre constructeurs et distributeurs. L’Europe un marché qui ne parvient pas à décoller même si des indicateurs annoncent pour cette année un léger mieux. Selon le dernier rapport du CECE (Le Comité européen des équipements de construction) les ventes des machines de terrassement en 2015 ont subi une légère baisse de 3% par rapport à 2014. Ces chiffres comprennent  la Russie  avec une chute de-70%  d’après le VDMA et la Turquie. En Asie aussi rien de va plus, particulièrement en Chine, même pour Caterpillar  China qui entre parenthèses fournit à Gosselies les châssis pour ses pelles hydrauliques.  Autre secteur en crise, les mines à ciel ouvert. En cause la baisse des prix des matières premières. Oui, notre secteur tire la langue. En ce qui concerne Gosselies, cette magnifique usine mise en service en 1968, la principale et  plus grande hors des États-Unis,  est devenue au fil du temps une petite usine d’assemblages uniquement !!Les coûts horaires ainsi que les  trop nombreuses grèves répétitives n’ont pas arrangé les choses malheureusement, le tout dans un climat social pourri. Qui se souvient encore de la fermeture en début 2015 de l’usine du constructeur sud-coréen Doosan (ex Daewoo) ? Là aussi cela été une annonce brutale avec la perte d’emplois de plus de 300 personnes. Motif :un marché européen peu porteur. Rebelote !!

© CDU. Sources ; L’Echo, Le Moniteur Matériels –Paris. ©photo Cat Magazine