PORTRAIT

Le chargeur sur chenilles

Voilà un engin qui a connu ces jours de gloire fin des années 50 début 70. Il était fort utilisé dans les travaux urbains, de voiries, comme le creusement d’un coffre d’une route et travaux de terrassement. En un mot, il était fait pour les travaux lourds. À l'origine de cet engin, on trouve le constructeur Américain Trackson &Co qui développa un chargeur qui avait pour nom « Traxcavator ». Cette machine était munie de câbles et de poulies qui permettaient de soulever le godet. Plus tard, ces commandes par câbles seront remplacées, par un système hydraulique. L’introduction sur nos marchés de la pelle hydraulique au cours de ces années a eu pour conséquence la lente, mais inexorable disparation des chargeurs sur chenilles dans le BTP excepté dans la sidérurgie. Les années 70 verront apparaître des chargeurs sur chenilles avec transmission hydrostatique. Cette solution permettra d’obtenir une grande mobilité du chargeur couplé à une contre rotation sur place par inversion des chenilles et une vitesse de déplacement plus rapide, donc des cycles plus courts. Il existe encore des chargeuses compactes sur chenilles appelées « skid steer »,mais seuls Caterpillar et Liebherr proposent encore aujourd’hui des chargeurs de grosses capacités.

Deutz

En 1961, le constructeur allemand de moteurs Deutz proposait une gamme de chargeurs et bulldozers sur chenilles de 75 et 115HP .      Liebherr LR611

En 1961, le constructeur allemand de moteurs Deutz proposait une gamme de chargeurs et bulldozers sur chenilles de 75 et 115HP .

Liebherr LR611

Ce chargeur sur chenilles avec transmission hydrostatique a été lancé dans le courant de 1985. Il faisait partie de trois modèles allant de 85 CV à 150 CV. Il était pourvu d’une transmission hydrostatique   Principales caractéristiques techniques : capacité du godet : 1,2 m3, puissance moteur : 63kW (85 CV), poids en ordre de marche : 11,30/11,35 t, charge de basculement statique :7.900kg.     IH Drott 250

Ce chargeur sur chenilles avec transmission hydrostatique a été lancé dans le courant de 1985. Il faisait partie de trois modèles allant de 85 CV à 150 CV. Il était pourvu d’une transmission hydrostatique Principales caractéristiques techniques : capacité du godet : 1,2 m3, puissance moteur : 63kW (85 CV), poids en ordre de marche : 11,30/11,35 t, charge de basculement statique :7.900kg.

IH Drott 250

Cet engin sur chenilles était pourvu d’une transmission Powershift, d’une direction assistée commandée uniquement par leviers et d’un moteur International diesel six cylindres. Il faisait partie d’une gamme comprenant trois modèles. Son bâti de chenilles monobloc est constitué par deux longerons massifs en section de caisson de grande résistance, soudés et renforcés par une plaque supérieure. Il était doté d’un godet « quatre en un » de 1.900 litres, de freins à disques refroidis à l’huile, d’une direction planétaire sans embrayage et d’un entraînement final à trains planétaires. Année de construction : 1965     Case-Terratrac 800 et1000       

Cet engin sur chenilles était pourvu d’une transmission Powershift, d’une direction assistée commandée uniquement par leviers et d’un moteur International diesel six cylindres. Il faisait partie d’une gamme comprenant trois modèles. Son bâti de chenilles monobloc est constitué par deux longerons massifs en section de caisson de grande résistance, soudés et renforcés par une plaque supérieure. Il était doté d’un godet « quatre en un » de 1.900 litres, de freins à disques refroidis à l’huile, d’une direction planétaire sans embrayage et d’un entraînement final à trains planétaires. Année de construction : 1965

Case-Terratrac 800 et1000       

C’est en 1956 que le constructeur américain Case décide d’entrer dans le marché des engins sur chenilles. Pour ce faire, il s’associe avec le constructeur de tracteurs sur chenilles American Tractor Corp -ATC-  qui proposait une gamme d’engins et d’équipements divers : lame bull, chargeur frontal, scarificateurs, treuils, chasse-neige, etc. Importés en Belgique par Matermaco, les Case-Terratrac 800 et 1000 étaient dotés respectivement d’un moteur développant 75CV et 100CV, d’un convertisseur de couple Borg-Warner et d’une transmission hydrostatique Terramatic. Ils étaient équipés d’un godet de 1,5 c.y pour le 800 et de 3 c.y pour le gros modèle. De plus, ils étaient munis de vérins hydrauliques de levage et de basculement plus puissants que les modèles précédents. Année de construction : 1958     Traxcavator Trackson HT-4

C’est en 1956 que le constructeur américain Case décide d’entrer dans le marché des engins sur chenilles. Pour ce faire, il s’associe avec le constructeur de tracteurs sur chenilles American Tractor Corp -ATC-  qui proposait une gamme d’engins et d’équipements divers : lame bull, chargeur frontal, scarificateurs, treuils, chasse-neige, etc. Importés en Belgique par Matermaco, les Case-Terratrac 800 et 1000 étaient dotés respectivement d’un moteur développant 75CV et 100CV, d’un convertisseur de couple Borg-Warner et d’une transmission hydrostatique Terramatic. Ils étaient équipés d’un godet de 1,5 c.y pour le 800 et de 3 c.y pour le gros modèle. De plus, ils étaient munis de vérins hydrauliques de levage et de basculement plus puissants que les modèles précédents. Année de construction : 1958

Traxcavator Trackson HT-4

Fabriqué par Trackson Corp à Milwaukee dans le Michigan (USA), ce chargeur frontal hydraulique de +/-8 t était monté sur un tracteur sur chenilles Caterpillar D4. Il était propulsé par un moteur diesel 4 cylindres développant 43HP. Par un savant jeu de bras et biellettes, deux paires de vérins hydrauliques fixés au bâti monté sur un tracteur actionnent un bac de chargement ou une lame pour pousser et niveler. La cabine artisanale se fermait par des toiles rabattantes fixées au toit en taule ondulée. Lorsque Caterpillar a repris Trackson en 1951, ce modèle HT a continué à être fabriqué : seul le nom sur le bouclier avant a alors été changé. Date de construction : 1952     Traxcavator Caterpillar 955

Fabriqué par Trackson Corp à Milwaukee dans le Michigan (USA), ce chargeur frontal hydraulique de +/-8 t était monté sur un tracteur sur chenilles Caterpillar D4. Il était propulsé par un moteur diesel 4 cylindres développant 43HP. Par un savant jeu de bras et biellettes, deux paires de vérins hydrauliques fixés au bâti monté sur un tracteur actionnent un bac de chargement ou une lame pour pousser et niveler. La cabine artisanale se fermait par des toiles rabattantes fixées au toit en taule ondulée. Lorsque Caterpillar a repris Trackson en 1951, ce modèle HT a continué à être fabriqué : seul le nom sur le bouclier avant a alors été changé. Date de construction : 1952

Traxcavator Caterpillar 955

Ce chargeur sur chenilles était muni d’une transmission automatique Powershift et d’un moteur diesel Caterpillar avec un lancement bicylindre à essence, un embrayage à bain d’huile, un circuit hydraulique en circuit fermé doté d’une pompe à palettes et un système de filtrage continu. Il était pourvu d’un godet standard de 1.150 litres et pouvait être équipé d’un godet à déversement latéral d’une capacité de 1.240 litres. Sa hauteur de déversement avec le godet standard était de 2,47 m et de 2,57 m avec le godet à déversement latéral.   Notons encore ses galets et roues avant graissés à vie, un dispositif hydraulique du réglage de la tension des chenilles, des vérins situés au- dessus du train de roulement à l’abri des projections de boue et de pierre et des commandes « robots ». Il pouvait recevoir de nombreux accessoires ; godets, side-dump, godets roche, fourches de manutention de bois, lame bull orientable, rippers etc.   Date de construction : +/-1957-1958.      CMC C21

Ce chargeur sur chenilles était muni d’une transmission automatique Powershift et d’un moteur diesel Caterpillar avec un lancement bicylindre à essence, un embrayage à bain d’huile, un circuit hydraulique en circuit fermé doté d’une pompe à palettes et un système de filtrage continu. Il était pourvu d’un godet standard de 1.150 litres et pouvait être équipé d’un godet à déversement latéral d’une capacité de 1.240 litres. Sa hauteur de déversement avec le godet standard était de 2,47 m et de 2,57 m avec le godet à déversement latéral. Notons encore ses galets et roues avant graissés à vie, un dispositif hydraulique du réglage de la tension des chenilles, des vérins situés au- dessus du train de roulement à l’abri des projections de boue et de pierre et des commandes « robots ». Il pouvait recevoir de nombreux accessoires ; godets, side-dump, godets roche, fourches de manutention de bois, lame bull orientable, rippers etc. Date de construction : +/-1957-1958.

CMC C21

Ce chargeur à transmission hydraulique intégrale a été présenté pour la première fois en 1972 lors du salon Expomat au Bourget. Il était fabriqué par C.M.C (Constructions Mécaniques de Carvin), une société créée en 1969 avec la participation principale de Poclain. Le chargeur C21 d’un poids de 14 t (avec ripper 15,6 t) était propulsé par un moteur Deutz développant 152CV. Son train de chenilles était équipé de deux moteurs hydrauliques, un par chenille, alimenté par deux pompes à débit variable. Sa vitesse était de 11 km/h en marche AV et AR. Côté performances, notons sa force de cavage de 16. 000 kg, sa charge de basculement en ligne de 9.000 kg, sa hauteur de déversement de 2,13 m et sa portée de 1,25 m. Le C21 sera commercialisé en Belgique à partir de 1972. En 1975, la production sera arrêtée.     JCB 110, 112, 114

Ce chargeur à transmission hydraulique intégrale a été présenté pour la première fois en 1972 lors du salon Expomat au Bourget. Il était fabriqué par C.M.C (Constructions Mécaniques de Carvin), une société créée en 1969 avec la participation principale de Poclain. Le chargeur C21 d’un poids de 14 t (avec ripper 15,6 t) était propulsé par un moteur Deutz développant 152CV. Son train de chenilles était équipé de deux moteurs hydrauliques, un par chenille, alimenté par deux pompes à débit variable. Sa vitesse était de 11 km/h en marche AV et AR. Côté performances, notons sa force de cavage de 16. 000 kg, sa charge de basculement en ligne de 9.000 kg, sa hauteur de déversement de 2,13 m et sa portée de 1,25 m. Le C21 sera commercialisé en Belgique à partir de 1972. En 1975, la production sera arrêtée.

JCB 110, 112, 114

C’est au cours des années 70  que le constructeur proposait une gamme de trois chargeurs sur chenilles. Il s’agit des modèles 110, 112 et 114 animés par des moteurs Perkins respectivement de 101ch, 106ch et 124ch. Ces chargeurs sont les premiers engins sur chenilles produits en grande série, équipés d’une transmission hydrostatique. Contrairement aux conceptions traditionnelles, le poste de conduite se trouve sur la partie antérieure de l’engin pour assurer une meilleure visibilité. En montant le moteur à l’arrière, on a en même temps éliminé les contrepoids.  Pour un accès aisé aux divers composants, la chargeuse était dotée d’une cabine relevable perpendiculairement au châssis.    © Bull BTP

C’est au cours des années 70  que le constructeur proposait une gamme de trois chargeurs sur chenilles. Il s’agit des modèles 110, 112 et 114 animés par des moteurs Perkins respectivement de 101ch, 106ch et 124ch. Ces chargeurs sont les premiers engins sur chenilles produits en grande série, équipés d’une transmission hydrostatique. Contrairement aux conceptions traditionnelles, le poste de conduite se trouve sur la partie antérieure de l’engin pour assurer une meilleure visibilité. En montant le moteur à l’arrière, on a en même temps éliminé les contrepoids.  Pour un accès aisé aux divers composants, la chargeuse était dotée d’une cabine relevable perpendiculairement au châssis. © Bull BTP