INFRASTRUCTURES

Un plan stratégique ITS pour une gestion optimale du trafic sur les routes wallonnes !

Dernièrement, le Ministre wallon  des TP et de la mobilité,   la SOFICO, ainsi que la DGO1 du Service public de Wallonie ont présenté le Plan stratégique ITS (système de transport intelligent) qui équipera prochainement les autoroutes et principales nationales wallonnes. Pour Carlo Di Antonio  «   Une gestion dynamique et intelligente du trafic, offrant des services aux usagers s’avère aujourd’hui indispensable afin de relever les défis de la mobilité de demain.  » Ce plan se définit en 5 axes :La sécurité, la fluidité et la gestion du trafic, l’information pour l’usager, l’environnement et les services à valeur ajoutée. Ce Plan, dont les implémentations seront réalisées par un phasage progressif, représente un budget de 166 millions d’€ HTVA financé par la SOFICO, (65 millions d’investissement, 18 millions de réhabilitations et 83 millions d’exploitation) et se déclinera en une dizaine de cahiers des charges.      Transfert du réseau fibre optique posé par la DGO2 le long des voies hydrauliques à la SOFICO

Dernièrement, le Ministre wallon  des TP et de la mobilité, la SOFICO, ainsi que la DGO1 du Service public de Wallonie ont présenté le Plan stratégique ITS (système de transport intelligent) qui équipera prochainement les autoroutes et principales nationales wallonnes. Pour Carlo Di Antonio « Une gestion dynamique et intelligente du trafic, offrant des services aux usagers s’avère aujourd’hui indispensable afin de relever les défis de la mobilité de demain. » Ce plan se définit en 5 axes :La sécurité, la fluidité et la gestion du trafic, l’information pour l’usager, l’environnement et les services à valeur ajoutée. Ce Plan, dont les implémentations seront réalisées par un phasage progressif, représente un budget de 166 millions d’€ HTVA financé par la SOFICO, (65 millions d’investissement, 18 millions de réhabilitations et 83 millions d’exploitation) et se déclinera en une dizaine de cahiers des charges.

Transfert du réseau fibre optique posé par la DGO2 le long des voies hydrauliques à la SOFICO

    Dans une optique de mutualisation de moyens, la fibre optique posée par la DGO2 le long des voies hydrauliques est transférée à la SOFICO afin de permettre de gérer des besoins internes (ex. surveillance d’ouvrages d’art).     Permettre une meilleure gestion des besoins externes (connexion de parcs d’activités proches du domaine fluvial et couverture des zones grises et blanches au niveau du fixe et du mobile).Ce réseau sera complété par la SOFICO pour un premier montant de 7 millions d’€ HTVA.      Un nouveau centre  Perex 4.0

 Dans une optique de mutualisation de moyens, la fibre optique posée par la DGO2 le long des voies hydrauliques est transférée à la SOFICO afin de permettre de gérer des besoins internes (ex. surveillance d’ouvrages d’art). Permettre une meilleure gestion des besoins externes (connexion de parcs d’activités proches du domaine fluvial et couverture des zones grises et blanches au niveau du fixe et du mobile).Ce réseau sera complété par la SOFICO pour un premier montant de 7 millions d’€ HTVA.

Un nouveau centre  Perex 4.0

Déjà dans cette optique de gestion dynamique du trafic, un nouveau centre Perex 4.0, permettant une gestion en temps réel des infrastructures (auto) routières et fluviales est actuellement en cours de réalisation. Sa mise en service est estimée au début de l’année 2019, pour un coût de 30 000 000 d’€ HTVA.Un Plan Lumières 4.0, prévoyant le remplacement de l’éclairage du réseau structurant par un système intelligent dont l’intensité sera pilotée à distance et modulable, a également été lancé. Sa procédure d’attribution est toujours en cours. Sa mise en service est prévue fin 2018. Son coût estimé est de 30 000 000 € HTVA par an pendant 20 ans. Relevons encore le développement d’applications web ou smartphones pour les usagers pour décembre, les  remplacements des feux tricolores de signalisation (LED), la mise en place d’un système pilotable depuis le centre PEREX 4.0 ainsi qu’un système  intelligent permettant un dialogue avec les véhicules connectés, etc. Objectif : fluidifier la circulation. Retenons encore la mise en place d’une infrastructure capable d’interagir avec les véhicules connectés (C-Roads) : Objectif :  Interférer  directement     avec les véhicules et de mieux détecter les événements en temps réel pour mieux informer les usagers. Mise en service prévu : fin 2018     Tournai : Le chantier de réhabilitation du boulevard de Marvis redémarre

Déjà dans cette optique de gestion dynamique du trafic, un nouveau centre Perex 4.0, permettant une gestion en temps réel des infrastructures (auto) routières et fluviales est actuellement en cours de réalisation. Sa mise en service est estimée au début de l’année 2019, pour un coût de 30 000 000 d’€ HTVA.Un Plan Lumières 4.0, prévoyant le remplacement de l’éclairage du réseau structurant par un système intelligent dont l’intensité sera pilotée à distance et modulable, a également été lancé. Sa procédure d’attribution est toujours en cours. Sa mise en service est prévue fin 2018. Son coût estimé est de 30 000 000 € HTVA par an pendant 20 ans. Relevons encore le développement d’applications web ou smartphones pour les usagers pour décembre, les  remplacements des feux tricolores de signalisation (LED), la mise en place d’un système pilotable depuis le centre PEREX 4.0 ainsi qu’un système  intelligent permettant un dialogue avec les véhicules connectés, etc. Objectif : fluidifier la circulation. Retenons encore la mise en place d’une infrastructure capable d’interagir avec les véhicules connectés (C-Roads) : Objectif :Interférer  directement avec les véhicules et de mieux détecter les événements en temps réel pour mieux informer les usagers. Mise en service prévu : fin 2018

Tournai : Le chantier de réhabilitation du boulevard de Marvis redémarre

Pour une bonne nouvelle, c’est une excellente nouvelle puisque le retour des conditions météorologiques va permettre de poursuivre et d’achever ce chantier entamé en août dernier. Ce chantier consiste à :     réhabiliter la chaussée :    Du Boulevard Walter de Marvis (R52) : depuis le giratoire de la Dorcas   (non inclus), jusqu’au Boulevard des Combattants, d’une partie du Boulevard des Combattants (R52) : entre le carrefour avec la Chaussée de Bruxelles (N7) et la Rue d’Amour, ainsi qu’une partie de la Chaussée de Bruxelles (N7) : depuis le carrefour avec le R52, jusqu’après le carrefour avec la Rue de la Paix et la Rue des Bastions.   Aménager des carrefours à feux   à la porte de Marvis (intersection de la Chaussée de Bruxelles (N7) et du R52) et à l’intersection formée par la Rue d’Amour et l’Allée des Groseillers, avec le Boulevard des Combattants et enfin   créer une piste cyclable   bidirectionnelle le long du Boulevard de Marvis (côté parc). Sous réserve d’une météo favorable, ce chantier devrait se terminer à la mi-avril  à l’exception des travaux menés sur le pont Devallée. Ce chantier représente un coût total d’environ 3.750.000 € (htva). Plus de 3 millions d'€ sont  financés par le maître d’ouvrage la Sofico dans le cadre du Plan Infrastructures 2016-2019. La partie qui incombe au  centre commercial des Bastions représente  un montant de près de 600.000 € (htva)   © Bull BTP avec le concours de la SOFICO            

Pour une bonne nouvelle, c’est une excellente nouvelle puisque le retour des conditions météorologiques va permettre de poursuivre et d’achever ce chantier entamé en août dernier. Ce chantier consiste à : réhabiliter la chaussée :Du Boulevard Walter de Marvis (R52) : depuis le giratoire de la Dorcas (non inclus), jusqu’au Boulevard des Combattants, d’une partie du Boulevard des Combattants (R52) : entre le carrefour avec la Chaussée de Bruxelles (N7) et la Rue d’Amour, ainsi qu’une partie de la Chaussée de Bruxelles (N7) : depuis le carrefour avec le R52, jusqu’après le carrefour avec la Rue de la Paix et la Rue des Bastions. Aménager des carrefours à feux à la porte de Marvis (intersection de la Chaussée de Bruxelles (N7) et du R52) et à l’intersection formée par la Rue d’Amour et l’Allée des Groseillers, avec le Boulevard des Combattants et enfin créer une piste cyclable bidirectionnelle le long du Boulevard de Marvis (côté parc). Sous réserve d’une météo favorable, ce chantier devrait se terminer à la mi-avril  à l’exception des travaux menés sur le pont Devallée. Ce chantier représente un coût total d’environ 3.750.000 € (htva). Plus de 3 millions d'€ sont  financés par le maître d’ouvrage la Sofico dans le cadre du Plan Infrastructures 2016-2019. La partie qui incombe au  centre commercial des Bastions représente  un montant de près de 600.000 € (htva) © Bull BTP avec le concours de la SOFICO

 

 

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg