TECHNIQUES ET PROCÉDÉS

KOMATSU : DES ENGINS ET DES  DRONES

Le constructeur japonais a toujours été à la pointe des nouvelles technologies. Après avoir  mis sur le marché dès 2001 Komtrax  son système  exclusif de surveillance  sans fil via un satellite GPS  et développé la première pelle hydraulique hybride en 2006, Komatsu a été le premier  constructeur a équiper ses bouteurs  et ses pelles sur chenilles  d’un système de contrôle intelligent  (IMC). C'était en 2013. Auparavant en 2002 le premier gros tombereau autonome pour l’industrie minière  était lancé. Aujourd'hui, Komatsu propose  également des engins guidés par drones. Ces derniers  réalisent un travail  de cartographie 3D d’une portion de terrains avant que des pelles et des bouteurs, sans opérateur, commencent les terrassements. Pour s’assurer   la précision nécessaire au déplacement de ces engins, la firme nippone se sert de drones conçus par la  jeune société  nord-américaine Skycatch*  située en Californie.   Le drone permet d’accéder à une grande quantité de données en un seul vol comme les pentes, le devers et l’avancement des chantiers entre autres. Ces données  sont ensuite transmises à un opérateur qui surveille, à distance, les opérations depuis son écran de contrôle. Selon Komatsu, le gain de temps serait d’une demi-heure à une journée avec les drones contre environ deux semaines avec des géomètres. Introduit début 2016, cette solution  appelée « Smart  Construction » a été mise au point pour répondre à la pénurie au Japon  de main-d’œuvre qualifiée dans le BTP.    Sources :©  Futura-Sciences, Komatsu      © Bull BTP

Le constructeur japonais a toujours été à la pointe des nouvelles technologies. Après avoir  mis sur le marché dès 2001 Komtrax  son système  exclusif de surveillance  sans fil via un satellite GPS  et développé la première pelle hydraulique hybride en 2006, Komatsu a été le premier  constructeur a équiper ses bouteurs  et ses pelles sur chenilles  d’un système de contrôle intelligent  (IMC). C'était en 2013. Auparavant en 2002 le premier gros tombereau autonome pour l’industrie minière  était lancé. Aujourd'hui, Komatsu propose  également des engins guidés par drones. Ces derniers  réalisent un travail  de cartographie 3D d’une portion de terrains avant que des pelles et des bouteurs, sans opérateur, commencent les terrassements. Pour s’assurer la précision nécessaire au déplacement de ces engins, la firme nippone se sert de drones conçus par la  jeune société  nord-américaine Skycatch*située en Californie. Le drone permet d’accéder à une grande quantité de données en un seul vol comme les pentes, le devers et l’avancement des chantiers entre autres. Ces données  sont ensuite transmises à un opérateur qui surveille, à distance, les opérations depuis son écran de contrôle. Selon Komatsu, le gain de temps serait d’une demi-heure à une journée avec les drones contre environ deux semaines avec des géomètres. Introduit début 2016, cette solution  appelée « Smart  Construction » a été mise au point pour répondre à la pénurie au Japon  de main-d’œuvre qualifiée dans le BTP. Sources :©  Futura-Sciences, Komatsu © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg