LE MOTOBASCULEUR SUR PNEUS ET LE TRANSPORTEUR SUR CHENILLES : « LES INCONTOURNABLES DES CHANTIERS »

SUR PNEUS

Appelé aussi petit dumper de chantier par opposition au dumper de grosse capacité, cet engin a fait son apparition en Belgique  en 1954. Il s’agissait de Chaseside distribué par la société Bergerat-Dutry. Construit en Angleterre , il pouvait être motorisé en diesel ou en essence. Sa conduite  se faisait soit à l’avant soit à l’arrière. En 1961 c’est au tour d’ Aveling Barford, importé par la  société Bia, d’arriver sur le marché.  Cet engin rustique taillé pour des  travaux de terrassement, avait comme  particularité deux petites roues directrices à l’avant et deux grandes à l’arrière. Il était doté  d’une benne en V, d’une capacité d’environ 2m3. Quant au  poste de conduite il était situé à l’avant. Plusieurs années plus tard  cette marque sera commercialisée sous le nom de Benford qui sera repris au début des années 2000 par Terex. Dans les années qui suivront, fin 60 début 70, d’autres constructeurs seront représentés dans notre pays comme le Britannique Johnson, les Allemands O&K- Motrack, Potraz et  les Français  Richier, Pierre&Bertrand et Covem marques aujourd’hui disparues. Ce dernier avait mis au point, en 1972 déjà, une motobrouette  autochargeuse  sous le nom de Loadadump dotée d’un petit moteur à essence 4 temps d’une puissance de 5CV et d’un embrayage centrifuge. Son prix : 40,000 francs soit 1000€ !!! Cette « brouette » était destinée pour des petits chantiers de construction, le BTP mais également  en agriculture  pour l’évacuation du fumier  entre autres. Par après  elle sera fabriquée par Uninov. En 1988, la société Belmaco importe les motobasculeurs  Pel Job, en réalité des Thwaites  qui seront vendus sous les couleurs de Pel Job suite à un accord entre Henri Marchetta , le PDG de Pel Job,  et le constructeur anglais. Mais ces engins n’auront pas le succès escompté. Dès lors, début des année 90, Belmaco , prendra  la relève et signera  un accord de distribution  directement avec Thwaites. Fin des années 90 début 2000 le marché belge sera complété par l’arrivée de l’Espagnol Ausa, l’Italien Dieci, l’Anglais Lifton. Ce dernier tombera dans l’escarcelle de l’Autrichien Neuson  qui deviendra Wacker Neuson par la suite. Quant au marché  belge il s’élève à environ 80 machines par an.

Location

Les prix varient en fonction du poids de l’engin (ex :1200kg)  et de la durée.

Un jour : 105€, une semaine de 5 jours : 425€. Ces prix s’entendent hors caution et transport éventuel.

 

SUR CHENILLES

Introduit fin des années 80 début 90 en Belgique, le concept du transporteur sur chenilles nous vient du Japon. Plusieurs constructeurs Nippons  comme Canycom, Hinowa , Yamaguchi , Yuasa,  etc en fabriquent et ont comme activité la fourniture de leurs engins «  dénudé de toute marque » à  des constructeurs ne possédant pas dans leur programme  de  construction et de développement des engins chenillés. Bien plus tard les Italiens  comme Messerci et Comidi auront la même démarche. Quant au marché  annuel il est  de +- 40 unités.

Location

Les prix varient en fonction du poids de l’engin (ex : +-1300kg)  et de la durée.

Un jour : 70€, une semaine  de 5 jours : 255€. Ces prix s’entendent hors caution et transport éventuel.

 

PORTRAIT

Qu’ils soient sur pneus ou sur chenilles, ces engins sont souvent présentés comme complément aux mini-pelles et petites chargeuses sur pneus  pour assurer une bonne rentabilité sur chantiers. On les caractérise généralement par la capacité et la charge utile de leur benne. Ces engins pour le transport sur chantier de construction sont particulièrement robustes et performants sur des courtes distances et pour la pose de béton. Ce qui frappe sur ces engins, c’est leur technique simple et le bon accès aux organes mécaniques. On distingue deux types. D’abord  ceux qu’on appelle les « brouettes du chantier ». Ce sont des motobasculeurs de petite et moyenne capacité  montés sur pneumatiques. Ils sont à l’aise sur tous les chantiers confinés comme travailler dans des sous-sols (parking sous-terrain), mais aussi dans des cours arrière de bâtiments où les accès sont très étroits (certains ont à peine 65 cm de large ce qui leur permet de passer facilement par une porte standard). Les petits modèles sont dotés de  deux roues motrices (4x2) et pour les gros modèles ce sont généralement des 4x4. On  relève plusieurs systèmes de déversement ; frontal, latéral (gauche et/ou droite) et à grande hauteur. Selon les modèles, leur benne est montée sur un plateau tournant. En plus, leur transmission sera différente selon le modèle proposé. La transmission la plus simple est mécanique. La transmission hydrostatique est très facile à utiliser,  car il n'y a que deux vitesses et l'utilisation peut être plus intensive. Les plus gros  sont eux équipés de transmission à convertisseur de couple. Au niveau du châssis, ils adoptent un châssis rigide aux dimensions compactes ou articulé. Le châssis articulé offre une grande maniabilité et une bonne adaptation aux terrains. Dans un engin de ce type, le centre de gravité est non seulement le plus bas possible, mais également au centre de la surface délimitée par les quatre roues.

 Quant aux transporteurs sur chenilles, ils présentent trois avantages principaux à savoir: Ils sont maniables  et  pivotent sur place,  ils grimpent facilement une côte grâce à  l'adhérence de leurs chenilles et, ils peuvent travailler dans des terrains difficiles et boueux  grâce à leur faible pression au sol. Ce sont des machines idéales pour tous types de travaux  de terrassements, petits et grands (un constructeur japonais propose un modèle de 18t !), l’horticulture,  les serristes, la démolition, le BTP etc. Les petits modèles sont des machines polyvalentes qui peuvent être dotée d’un dispositif d’ auto- chargement (un godet), d’une petite bétonnière, d’une tarière, d’une fourche à palettes, d’un petit brise roche, d’un broyeur pour déchets verts etc..                                                                                                                                                                              

 (Sources : Equipment Construction et Excavator)

© Christian Durieux. Tous droits réservés

 

LISTE MARQUES ET DISTRIBUTEURS 

LES PNEUS

Aveling-Barford (Bia), Jonhson ( Sunloc), Benford ( Matermaco, Bia, Bestmat), Terex ( Bia, Bestmat), Thwaites ( Sacré, Belmaco), Pel Job ( Belmaco), Loadadump ( Bia, Brurent ), Bonser (Soc Belge Crossley), Liner (SGME ) , Merlo (O. De Bruycker, De Lille), O&K Motrack( O&K sa/nv ), Novapax ( Ets Tony Van Den Brule), Winget ( Ets L. Lawarrée ), Sambron ( Magil), Ausa ( Matermaco), Kubota ( Luyckx),  Lifton-Neuson  (Locamachine) Wacker- Neuson  (Torf & Compact Machinery), Neuson (Locamachine), Richier ( Sertra), Dieci ( Euromat), Pierre & Bertrand ( Sertra), Wormser ( Decauville) , Covem (Bia), Cormidi ( Toratrack), Zallys ( Kathagen),Potraz ( Sertra), Paus ( Couwberghs), Chaseside ( Bergerat-Dutry)

LES CHENILLES

Hinowa ( Toratrack, VTN), Kubota ( Luyckx) , Morooka ( HMB), Neuson ( Locamachine), Wacker -Neuson ( Torf &Compact Machinery), Takeuchi ( Verbist, Verhoeven), Yanmar (Belmaco, Cebeko).Pel job ( Belmaco), Eurocomach ( Euromat), Jcb ( JCB Belgium), IHI ( Bomas, Kemp), Hitachi ( Luyckx), Kompact ( Multiterra), Yamaguchi ( HMB), Messersi ( BG Mat), Gehlmax ( Torfs ), Bens ( Kemp), Cormidi ( Toratrack), Fort (  ), Komatsu (Acva, Claes Hydraulics, Yves Godart), Nissan ( J. Bouckoms), Rotair ( Kathagen)