INFRASTRUCTURES

Énergie verte : Infrastructures basses émissions . La Sofico lance un appel aux entreprises pour développer des énergies vertes aux abords des autoroutes et voies navigables wallonnes

IBE.jpg

Le Conseil d’Administration de la Sofico de vendredi derrnier a approuvé le lancement de la procédure de dialogue compétitif dans la cadre du projet « Infrastructures basses émissions ». En 2015 déjà la Sofico a approuvé un ambitieux plan de développement énergétique au travers de deux projets d’envergure à savoir : implantation d’éoliennes le long des autoroutes – aires autoroutières-  et dans les parcs d’activités économiques. D’autre part le CA avait  également approuvé le lancement d’une prospection de marché en vue de lancer un projet « multi-énergie » sur le domaine routier et fluvial de la Sofico. Ce second projet vise toute forme de valorisation énergétique telle que la biomasse, le photovoltaïque ou encore l’énergie éolienne (petit, moyen ou grand éolien).

WP_20170719_16_33_59_Pro - copie copie.jpg

Ce projet IBE – Infrastructures basses émissions - consiste à développer le potentiel énergétique du réseau routier et des infrastructures fluviales dont la SOFICO a la charge, ou d’autres parties du domaine fluvial sur lequel des droits lui seraient accordés à cet effet par la Région wallonne. Le projet vise à exploiter le mieux possible toutes les parties disponibles du domaine (échangeurs autoroutiers, bandes de végétation le long des autoroutes…) pour autant que l'exploitation soit compatible avec l’affectation domaniale. Il s'agit d'un projet multi-énergies pour lequel chaque parcelle du domaine peut être valorisée par le recours au(x) mode(s) de production d'énergies le(s) plus approprié(s) (biomasse, photovoltaïque, énergie éolienne, cogénération…) en fonction de ses caractéristiques techniques et économiques. Ce projet vise à contribuer aux objectifs régionaux de production d’énergie renouvelable et de lutte contre le réchauffement climatique, à valoriser économiquement les parties concernées du domaine, à stimuler la consommation locale d’énergie par le SPW, la SOFICO, ou les usagers, notamment dans le cadre des nouveaux besoins de mobilité  et  à encourager le stockage pour fournir de l’énergie de manière permanente.A présent, c’est la phase de dialogue compétitif qui débute par la publication dans les jours à venir d’un avis de marché. Cette phase devrait durer plus de 15 mois.En plus d’une sélection qualitative, les candidats seront jugés sur trois critères à savoir :

La qualité de la valorisation des sources d’énergie (proposition du plus grand nombre de sources possibles, de la manière la plus complète et intégrée possible, sur l’ensemble du domaine) ;

La qualité des services offerts aux usagers du domaine de manière directe ou indirecte (connexion d’équipements tels que caméras, portiques, bornes de recharge…).

La volonté est de voir coexister le savoir-faire de plusieurs acteurs (PME et grandes entreprises) sur l’ensemble du domaine régional wallon.

Des séances d’information seront organisées dans les différentes fédérations professionnelles et chambres de commerce pour sensibiliser les entreprises locales aux opportunités offertes par le projet. Les projets retenus seront connus dans la courant de l’année 2020. Pour Carlo Di Antonio, ministre des Travaux publics et de la Transition écologique, «les projets retenus contribueront activement aux objectifs régionaux de production d’énergie renouvelable et de lutte contre le réchauffement climatique. Ils permettront également de valoriser économiquement le territoire de la Sofico qui présente des surfaces disponibles pour des projets d’énergie verte: échangeurs autoroutiers, aires autoroutières». Et d’ajouter que l’appel au secteur privé permettra également de faire émerger des solutions innovantes en matière de mobilité durable en consommant sur place l’énergie renouvelable produite à destination de l’exploitation des infrastructures ou des usagers des réseaux routier et fluvial.  © Bull BTP avec la Sofico

 

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

FLASH BACK

Les années 60

Voici quelques machines qui ont fait « La Une » sur des grands chantiersde l’époque mais aussi dans d’autres applications ; carrières, sablière, travaux de voiries

1960 

1 Euclid C6 février 1960 jpg.jpg

Bull Euclid  C6 au travail  sur la future E411 à Overijse. Distributeur :Blackwood-Hodge

1962 ;

2 Michigan 125A en carrières mars 1962.jpg

Chargeuse Michigan  125 A dans  les carrières D’Asty-Moulin s.a. à Namur. Distributeur :Wijnmalen & Hausmann

3 traxcavator caterpillar novembre 1962.jpg

Traxcavator Caterpillar équipé d’un side -dump sur un chantier bruxellois (Avenue de Tervueren) .Distributeur : Treco sa

1963 : 

4 chargeurs DEUTZ 1963 - copie.jpg

Chargeur sur chenilles Deutz dans une sablière du Brabant Wallon. Distributeur :Klöckner-Bamaco

Scraper autochargeur Tournapull B70   Wabco ( LeTourneau –Westinghouse)

5 scraper C LTW sept 1963.jpg

sur le chantier du tunnel de Zelzate. Distributeur : Matermaco

1967 :

6 Demag drag sept 1967 - copie.jpg

Dragline Demag  sur le chantier du  Ringvaart de Gand. Distributeur : Demag Equipement Industriel sa

1969 

7 Lima drag mai 1969 - .jpg

Dragline Lima au travail sur le chantier du tunnel sous l’Escaut – Anvers E3. Distributeur : Bureau Technique Bia © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

À LA UNE

Norvège : Volvo Trucks  fourni la première  solution de transport autonome à Bronnoy Kalk AS 

Volvo Trucks a conclu un accord novateur avec Brønnøy Kalk AS en Norvège pour fournir une première solution commerciale automotrice pour le transport de calcaire d'une mine à ciel ouvert à un port voisin.

Capture d’écran 2018-11-24 à 12.12.07.jpg

La solution pour Brønnøy Kalk AS couvre le transport de calcaire dans six camions Volvo FH automoteurs sur une distance de cinq kilomètres à travers des tunnels entre la mine et le concasseur. Les essais avec cette solution ont été effectués avec succès et se poursuivront jusqu'à ce que les camions soient pleinement opérationnels d'ici la fin de 2019. L'accord fait suite à de récents projets réussis concernant la conduite autonome dans d'autres mines. La solution commerciale pour Brønnøy Kalk est un atout majeur pour Volvo Trucks. Au lieu d'acheter des camions, Brønnøy Kalk a acheté une solution de transport pour le transport de calcaire entre les deux plates-formes.

Pour voir ce reportage, cliquez sur le lien ci-dessous

https://youtu.be/m4wLPfOz-c4

"C'est une étape importante pour nous", a déclaré Raymond Langfjord, directeur général de la mine. "La concurrence est féroce dans le secteur. Nous recherchons en permanence des moyens d'accroître notre efficacité et notre productivité à long terme et nous avons une vision claire pour tirer parti des nouvelles solutions technologiques et numériques. Nous recherchions un partenaire fiable et innovant partageant notre objectif de durabilité et de sécurité. Le choix de camions autonomes augmentera considérablement notre compétitivité sur le marché mondial très disputé..

volvo-trucks-livre-1e-solution-transport-autonome-pour-une-mine_620x350.jpg

Pour  Claes Nilsson, président de Volvo Trucks. «  Cette  une solution  répond aux défis auxquels nos clients sont confrontés en termes de sécurité, de fiabilité et d'efficacité » Et d’ajouter : « Les besoins de transport dans le monde évoluent constamment et le secteur exige de nouvelles solutions avancées. "Nous nous sommes fixé pour objectif de donner le ton en mettant au point des produits et des services répondant à ces exigences"

Pour Sasko Cuklev, directeur des solutions autonomes chez Volvo Trucks :  «  L'introduction de solutions automotrices est un moment riche en événements. En travaillant sur un terrain clos et sur un itinéraire fixe, nous pouvons voir comment tirer le meilleur parti de la solution et comment l'adapter parfaitement aux besoins spécifiques de nos clients. Tout tourne autour de la collaboration pour développer de nouvelles solutions qui augmentent la flexibilité, l’efficacité et la productivité. "Le client achète une solution de transport totale dans le contrat et paie à la tonne livrée. © Bull BTP


casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

 

CONSTRUCTEURS

Nouvelle chargeuse sur pneus Doosan

DL280-5_pic4.JPG

Cette chargeuse DL280-5 est spécialement conçue pour le marché des déchets, du recyclage et des applications industrielles générale. Elle complète la gamme du constructeur  composée actuellement de 12 modèles avec des poids opérationnels de 12 à 35 tonnes. La DL280-5 offre des performances et une productivité élevée, une force d’arrachement et une charge de basculement exceptionnelles, ainsi qu’une puissance accrue. Le groupe de travail est alimenté par un système  à centre fermé ( load sensing) avec une pompe à pistons axiaux de 210 L/min. Ce système assure des performances hydrauliques maximales sans gaspillage d'énergie, réduit la consommation de carburant et accroît la longévité et la fiabilité des composants vitaux .En plus, elle se voit dotée d’un système LIS  (suspension des bras de levage)  qui permet d’éviter les pertes de matériaux  durant le transport  ( load & carry). La DL280-5 est entraînée par le moteur diesel Doosan DL06 de 5,9 L développant 120kW/172ch  qui répond  aux exigences des normes antipollution Phase IV / Tier 4 Final sans utiliser de filtre à particules, ce qui représente un avantage de taille dans l’industrie des déchets et du recyclage. La puissance du moteur peut être régulée selon trois modes de travail différents : ECO, Normal et Power, qui permettent de développer la puissance et le couple les plus appropriés pour effectuer les travaux les plus exigeants tout en obtenant un rendement énergétique optimal. Une fonction d'arrêt automatique du moteur, en équipement standard, limite les périodes de ralenti afin d'éviter des heures de fonctionnement et une consommation de carburant inutiles. Relevons encore son nouveau manipulateur ergonomique  qui comporte une molette proportionnelle pour la commande du circuit hydraulique auxiliaire, souvent utilisé pour actionner un grappin ou un godet à déversement haut, des accessoires courants dans le secteur des déchets et du recyclage et des commandes PPC pour une meilleure précision des mouvements. Pour une sécurité et une tranquillité d'esprit accrues, une caméra de recul fournit une image très claire de la zone située derrière la machine. L'écran couleur grand format placé dans la cabine reproduit exactement le champ de vision de la caméra. L'opérateur dispose ainsi d'une vue panoramique qui lui permet de contrôler les personnes qui circulent au sol tout comme les véhicules qui manœuvrent derrière la chargeuse. Des repères sur l'écran facilitent une évaluation précise des distances. La DL280-5 est équipée d'origine du système de surveillance télématique DoosanConnect – qui permet au propriétaire de localiser sa machine, de la sécuriser et de surveiller à distance ses paramètres d'utilisation et de productivité. Caractéristiques principales : Cinématique en Z, force d’arrachement au godet : 145kN,  charge de basculement en ligne : 11.760 kg,  capacité godet : 2,8 à 5 m3,  poids en ordre de marche : 16,6 tonnes

Hyundai Construction Equipment Europe nomme un nouveau directeur pour Material Handling Europe

Hyundai.JPG

Il s’agit de Peter Verbiest qui a plus de 17 ans d'expérience dans l'activité de Material Handling. Il sera chargé  du développement et de la mise en œuvre des stratégies commerciales basées sur des partenariats de longue durée ainsi que de la réalisation des objectifs commerciaux de HCEE en Europe. Peter Verbiest exercera ses activités au siège européen de Tessenderlo, en Belgique. Il parle couramment le néerlandais, le français, l'allemand et l'anglais. « L'activité européenne de Material Handling devrait évoluer positivement au cours des années à venir. Les opportunités de croissance pour l'activité Material Handling et les possibilités de renforcer notre part de marché sont donc très favorables. J'ai hâte de renforcer et développer l'unité opérationnelle Material Handling. C'est avec grand enthousiasme que je rejoins une équipe de professionnels pour mener HCEE au niveau supérieur », a déclaré Peter Verbiest.

Komatsu Europe lance la chargeuse-pelleteuse WB93R-8

Kom Proto Tracto WB93R - copie.JPG

Présentée «  en première mondiale » lors d’Intermat, Komatsu Europe annonce l’introduction du premier modèle d’une nouvelle gamme de chargeuses-pelleteuses conforme à la norme d’émission EU Stage IV.  Grâce à un équipement que chaque utilisateur appréciera, la WB93R-8 offre un haut niveau de spécification standard et une visibilité qui font la réputation de la marque. La nouvelle WB93R-8 exploite les atouts des séries précédentes de chargeuses-pelleteuses Komatsu. Avec un poids opérationnel de 8130 kg et un moteur Komatsu SAA4D99E-1 gonflé à 75 kW (102 ch) conforme à la norme européenne Stage IV, la machine réduit sa consommation de carburant sans pertes de performances ni de productivité. Un entrainement du ventilateur à couple visqueux contribue à l’économie de carburant et limite la charge du moteur lorsqu’un refroidissement maximal n’est pas nécessaire. Cette machine est pourvue d’un nouveau moteur EU Stage IV intégrant les technologies SCR (Selective Catalytic Reduction)  qui réduit  encore d’avantage les émissions NOx grâce à l’additif AdBlue. En plus elle se voit dotée du système à centre fermé ( load sensing)  ainsi que des modes «  Puissance /Économie ». La fonction « Retour automatique du godet » de série, le verrouillage différentiel et une position flottante sélectionnable du chargeur font de ce modèle une machine de choix pour chaque client. Caractéristiques et avantages de la nouvelle WB93R: Puissance du moteur augmentée, avec une puissance brute de 75 kW. Consommation de carburant réduite. Moniteur multifonctions LCD couleurs haute résolution 7" avec affichage instantané de la consommation de carburant – Confort de l'opérateur . Komtrax :GPRS 3G. Infos de maintenance affichée sur le moniteur. Sécurité accrue (commutateur d’arrêt d’urgence du moteur.

LiuGong lance une chargeuse sur pneus « intelligente »

liugong-lance-une-chargeuse-sur-pneus-intelligente_620x350.jpg

Pour fêter ses 60 ans d’existence, le constructeur  chinois lance sa chargeuse 886 H  entrainée par un moteur Cummins QSM11. Cette chargeuse peut être commutée facilement en fonction des conditions de travail pour des économies d’énergie supplémentaires. Le système hydraulique à débit constant  augmente la force de cavage et la capacité de chargement du godet. En plus, elle est dotée du système de commande d'accélérateur intelligent  qui permet d’ajuster automatiquement l'arrivée  du carburant pour optimiser la puissance et économiser de l'énergie. La 886H dispose d’un contrôle à distance intelligent et de  la technologie intelligente ainsi que  qu’un système de creusage intelligent rendant ainsi les opérations faciles et fiables. Le système de chargement intelligent détecte la pénétration des matériaux ( chargement et déchargement par le bas avec mise à niveau automatique du godet). Relevons encore un dispositif connecté qui facilite les opérations de terrassement ainsi qu’une cabine panoramique à 360°.Sa commercialisation est prévue en janvier prochain. © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

INFRASTRUCTURES

PLAN 2018-2019 : Comment la Wallonie se prépare à l’offensive hivernale ?

Suède.JPG

Alors que les conditions météorologiques prennent progressivement un caractère hivernal, le Ministre wallon des Travaux publics et de la Sécurité routière Carlo DI ANTONIO rappelle les principales mesures du Plan Hiver 2018-2019 sur le réseau routier régional wallon. Il invite également les usagers à faire preuve de la plus grande prudence en cette période.

Stockage,épandage et gestion du sel

deneigement  Russie .jpg

Pour cette saison hivernale 50.000 tonnes de sel sont actuellement en stock dans l’ensemble des régies wallonnes. Des commandes supplémentaires de l’ordre de 65.000 tonnes sont d’ores et déjà réservées pour la Wallonie auprès des fournisseurs. 25.000 tonnes supplémentaires sont également réservées d’ici la fin de l’année.Au total, c’est donc 140.000 tonnes de sel qui sont à disposition. La Wallonie s’est ainsi dotée des moyens pour affronter une période hivernale « rude ». Pour rappel, 50.000 tonnes sont requises pour un hiver « doux », 70.000 tonnes pour un hiver « moyen » et 100.000 tonnes pour un hiver dit « rude ». Lors des offensives hivernales, plus ce sont plus de 1.200 personnes (Service public de Wallonie et entreprises privées) qui seront mobilisées quotidiennement sur le terrain. Les 42 districts, répartis sur le territoire de la Wallonie, gèrent chacun environ 200 km de routes et autoroutes. Au sein de chaque district, trois à quatre équipes de 2 ou 3 personnes se relayeront 24h/24 pour assurer le service d’hiver. Au total, ce sont 660 engins d’épandage ou de déneigement qui interviendront sur les 8.355 kilomètres de routes et autoroutes du réseau régional wallonnes.

Suivre l'état des routes en temps réel.

Les informations météorologiques s’avèrent également d’une importance capitale dans la gestion du service d’hiver et de la circulation. Les prévisions météo de l’Institut Royal de Météorologie et les données enregistrées par les 51 stations météorologiques wallonnes sont croisées afin de pouvoir suivre en temps réel l’évolution de la situation. Ce système Météoroutes de diagnostic et d’aide à la décision pour le traitement hivernal vise à identifier le plus précisément possible l’évolution de la situation sur le terrain. A partir des informations recueillies, tout est mis en œuvre pour réaliser des épandages de la façon la plus efficace, district par district. Ce système Météoroutes permet également de connaître de manière permanente l’évolution de l’épandage et le volume des stocks de sel disponibles.

 Circulation des poids lourds

© Occitanie Tribune  copie.jpg

Si les conditions météorologiques l’imposent, la circulation des poids lourds peut être momentanément interdite afin de garantir au maximum la sécurité de chacun et de maintenir autant que possible la mobilité sur notre réseau régional. Dans un premier temps, les poids lourds seront donc invités à poursuivre leur chemin via d’autres itinéraires. Ensuite, si les conditions climatiques le justifient, les poids-lourds de plus de 13 mètres seront interdits de circulation sur des tronçons sensibles et pendant une durée limitée. Cette décision est le résultat d’une concertation entre le Centre Régional de Crise de Wallonie, la Police fédérale de la route et le SPW.En visant les poids-lourds de plus de 13 mètres, on évite notamment les semi-remorques en ciseaux et donc les risques de paralysie de la circulation. De plus, l’impact économique est limité car les poids-lourds de plus de 13 mètres ne concernent pas une grande partie de notre transport intérieur et donc, par exemple, les livraisons de lait, de mazout, les approvisionnements des grandes surfaces… peuvent être garantis.  La circulation du transport de personnes est également maintenue. © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

À LA UNE

Infratech et Matexpo  lancent un nouveau salon son nom : Techni-Mat

InfraTech et Matexpo ont décidé d’unir leurs forces pour lancer en mars 2020 un nouveau salon professionnel baptisé Techni-Mat. Ce nouveau salon sur les techniques et les matériaux destinés aux infrastructures et au gros œuvre est né d’une demande concrète du secteur de la construction

WA70-7_07.jpg

Techni-Mat est un nouveau concept destiné à tous les acteurs spécialisés dans les infrastructures et le gros œuvre. Le salon s'adresse tout particulièrement aux entrepreneurs du secteur de la construction général, aux entreprises routières mais également  aux gestionnaires de sites et de projets ainsi qu’ aux pouvoirs publics entre autres. Les exposants sont des fabricants et des distributeurs exclusifs de matériaux de construction utilisés dans les travaux d'infrastructure et de gros œuvre, des entrepreneurs spécialisés dans ces secteurs et des organisations professionnelles. En vue d’assurer une participation à un prix abordable et un contact optimal avec les visiteurs, les organisateurs proposent  un concept all-in : construction de stand uniforme de belle apparence, mobilier et restauration pour tous. Les partenaires et les organisations sectorielles se chargent du contenu

2008-12-01 13.22.31 - copie.jpg

InfraTech est une plate-forme de connaissances de pointe pour l'ensemble du secteur néerlandais des infrastructures et attire, tous les deux ans, plus de 20.000 professionnels des infrastructures à Rotterdam Ahoy. Quant à  Matexpo  il est le plus grand salon de matériel de construction du Benelux ; il accueille plus de 1.500 marques mondiales venues présenter leurs derniers modèles. Tous les deux ans, Matexpo draine plus de 40.000 professionnels de la construction. En tant que leaders du marché, InfraTech et Matexpo ont donc de bonnes raisons de se lancer dans cette aventure commune

Guntert & Zimmerman Roos Eeklo007-2.JPG

Pour Gregory Olszewski, Managing Director Matexpo: “Matexpo cherchait depuis un certain temps à diversifier son portefeuille d'expositions et d'événements. Avec le savoir-faire et l'équipe dont nous disposons aujourd'hui, il est clair que notre ambition va au-delà de la seule organisation du salon Matexpo. C'est pourquoi nous avons cherché à développer nos propres initiatives, qu'elles soient liées ou non au secteur de la construction. Mais une joint venture était également une option. C'est ainsi que se sont croisés les chemins d'InfraTech et de Matexpo. Le Comité exécutif et le Conseil d'administration de Matexpo ont immédiatement été enthousiasmés.”Pour Gert-Jan van den Nieuwenhoff, General Manager Rotterdam Ahoy « Avec InfraTech, Rotterdam Ahoy dessert l'ensemble du secteur néerlandais des infrastructures, de la construction et des installations. Mais, tout comme Matexpo, nous avions remarqué qu’il existait une opportunité d'utiliser notre expertise et notre savoir-faire dans d'autres domaines vu l'intérêt réel du marché.  Et d’ajouter : « En organisant Techni-Mat, nous mettons en place un nouveau salon sur le marché belge qui avec des techniques nouvelles et prometteuses et des matériaux innovants montrent que le secteur est prêt à relever les défis de l'avenir.© Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

SALON

Keestrack présente ses innovations sur Bauma China 2018

H4e.jpg

En 2007, Keestrack, le constructeur  belge spécialiste  des installations de traitement mobiles de minéraux, a créé sa propre filiale en Chine - Keestrack Construction Equipment Ltd. Aujourd'hui, «Keestrack China» couvre les marchés chinois et sud-asiatiques avec un site de production moderne situé à Chuzhou et une organisation après-vente à croissance rapide. Au salon BAUMA China 2018 (Shanghai - du 27 au 30 novembre 2018), la société présentera un extrait complet du vaste programme de machines mobiles à chenilles de Keestrack, qui couvre toutes les technologies de criblage et de concassage appropriées pour les applications d'extraction, de recyclage et d'agrégats A cette occasion, Keestrack présentera ses  appareils hybrides et plug-in . Sur ce salon les visiteurs pourra voir de ce qui se fait de mieux aujourd’hui dans ce secteur comme le Keestrack C6e, une machine hybride diesel/électrique imaginée pour le marché chinois. En plus, les visiteurs pourront prendre  connaissance avec le concasseur à  cônes H4e un concasseur à cône Keestrack entièrement hybride (diesel/électrique), le concasseur à percussion R6, entièrement équipé avec pré-criblage indépendant à deux étages (3100x1250 mm), le scalpeur K6 ainsi que le concasseur à percussion R6. © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

FLASH

La firme Sarens lance la plus grande grue du monde : la SGC-250

1.jpg

Le 9 novembre dernier Sarens  a lancé  dans le port de Gand la grue SGC-250 .Avec une capacité de 250 000 t / m, c’est la plus grande grue de la flotte de Sarens. La grue de la troisième génération série SGC est pourvue d’une flèche treillis d’une longueur de 118 m qui peut être étendue à 160 et avec une flèche supplémentaire de 100m!! Cette combinaison peut atteindre une hauteur incroyable d'environ 250 m avec un rayon tout aussi surprenant de 275m. Sa charge maximale est de 5.000 t. Elle est destinée  pour la construction d’une centrale nucléaire située à Hinkley  au Royaume –Uni. Les principaux travaux de génie civil de Hinkley Point C sont  assurés  par BYLOR - la coentreprise des sociétés Bouygues Travaux Publics et Laing O’Rourke.

Des caractéristiques incroyables

2 copie.jpg

Des caractéristiques incroyables

 La SGC-250 est la première grue  de la 3e génération.  Pendant  un moment sa charge maximale  est de 250 000 t/m ce qui permet de soulever 5.000T !!!. Même dans un grand rayon de 100 m, la grue est toujours capable de lever 2 000 t et, même dans ce cas, la pression au sol reste inférieure à 25 T / m.. Sa capacité de levage maxi de 5000 t   est l ‘équivalent  en poids de 1.408 éléphants, 126 camions  mais encore 20 AirbusA380 !! Côté motorisation, elle est animée par  un moteur développant 6000 ch.

Sarens sous la loupe

Capture d’écran 2018-11-13 à 20.26.34.jpg

L’entreprise familiale Sarens est le leader mondial et la référence en matière de services de location de grues, de levage de charges lourdes et de transports. Avec plus de 100 entités dans 65 pays exerçant leurs activités, il  est le partenaire idéal pour les projets de petite ou de grande envergure. Sarens emploie actuellement 4543 professionnels hautement qualifiés, prêts à répondre aux besoins de ses clients dans le monde entier et dans tous les secteurs du marché.  Photos Sarens et Bert-jr © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg




INFRASTRUCTURES

Les travaux sur la E411 ne seront pas terminés avant l’hiver

Chantier Arlon-Sterpenich (7).jpg

Suite à des réparations conséquentes supplémentaires à réaliser au niveau du béton armé continu de l’autoroute, il ne sera toutefois pas possible de clôturer le chantier avant l’arrivée des conditions hivernales. Toutes les mesures possibles seront prises pour améliorer la mobilité pendant cette période hivernale : dès la mi-décembre, vers Bruxelles on circulera à nouveau selon des conditions habituelles (120 km/h) et vers le Luxembourg, deux voies seront disponibles avec une vitesse réduite. Des opérations se poursuivront l’hiver avant la dernière ligne droite sur autoroute dès le retour des conditions météorologiques favorables.

Sur le tronçon de 6,5km Weyler-Sterpenich la dalle en béton armé continu  doit être entièrement démolie et remplacée sous la voie lente du tronçon Weyler-Sterpenich, nécessitant une réorganisation complète du chantier puisqu’initialement seules des réparations ponctuelles  étaient prévues. Ces réparations localisées nécessitent un autre type de béton à prise plus rapide. L’objectif est donc de coordonner la prise du béton de la dalle de 6,5 km et les réparations en voie lente.  En 2019 La pose des couches de roulement devra avoir lieu sur toute la largeur de l’autoroute, depuis la voie rapide, jusqu’à la bande d’arrêt d’urgence et les zones de refuge. Les marquages devront aussi être réalisés. Ces opérations représentent environ un mois de travail continu qui devra avoir lieu au retour de conditions météorologiques favorables sur une période suffisante. Les conditions de circulation sont à l’étude pour assurer la meilleure mobilité pendant cette dernière phase sur autoroute. Des fermetures ponctuelles d’échangeurs auront lieu en 2019 pour procéder à ces poses, elles seront communiquées notamment sur le terrain via des panneaux à messages variables. Des réunions auront lieu avec les commerçants situés à proximité de ces échangeurs. L’objectif est de clôturer l’entièreté du chantier dans le courant du mois d’avril 2019. Ce chantier a démarré le 25 septembre dernier, après une semaine de travaux préparatoires. Ce chantier vise à réhabiliter le revêtement de l’autoroute E25-E411/A4 entre Arlon et Sterpenich uniquement sur les voies vers le Luxembourg.

 Concrètement, ces travaux permettent :

Chantier Arlon-Sterpenich (11).jpg

La réhabilitation du revêtement entre Arlon et Sterpenich, soit sur environ 11 kilomètres, uniquement en direction du Luxembourg .La réhabilitation de toutes les bretelles des différents échangeurs présents sur ce tronçon (après ouverture de l’autoroute totalement réhabilitée).La réfection du parking des aires de Hondelange et de Sterpenich (en fin de chantier) Ce chantier représente un budget de 12 650 000 € HTVA financé par la SOFICO. Ces travaux sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : le SPW Infrastructures

Photos: SOFICO © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

À LA UNE

La location de machines pour le BTP en nette croissance

BOELS DEUX - copie.jpg

Selon un rapport de l’European  Rental Association ERA intitulé ERA Market Report 2018,  sur les 15 principaux marchés européens l’ERA a enregistré une augmentation de 4,4% pour 2017, tandis que cette année devrait connaître une hausse de 3,7%. En 2017 le marché de la location de matériel sans opérateurs, pour  les 28 membres de l’UE et l'Association européenne de libre-échange, ( AELE) a représenté un chiffre d'affaires de 25,7 milliards €, les 15 principaux pays européens représentant 95% des ventes. Le secteur comprend 17 100 entreprises de location, employant plus de 140 000 personnes, selon l'ERA. Entre 2016 et 2017, la France a connu la plus forte augmentation, soit 7,8%, représentant un chiffre d'affaires de plus de 4 milliards d'euros, qui résulterait d'investissements résidentiels et d'infrastructures. Pour la même période, l'Allemagne a connu une croissance de 4,2% et devrait réaliser  entre 2017 et 2018  +3,7%. Le Royaume-Uni est le marché le plus important d'Europe, représentant 6,75 milliards d'euros du a connu une faible croissance  d’à peine 1,4%. Cela est dû  au Brexit dit-on. Quant à la Belgique, le rapport fait mention d’une hausse  de 2,7%. Le rapport de l’Association sur ce marché de location, publié en 2018, fournit une analyse de la pénétration de la location basée sur les ventes d’unités d’équipement dans diverses catégories, ainsi que sur les taux de pénétration du PIB et de la construction. Cette nouvelle analyse, réalisée avec Off-Highway Research, met en évidence l’opportunité significative de développer des catégories communes de location d’équipement dans des marchés moins développés.

Volvo CE : plus 24% pour le troisième trimestre de 2018

VOLVO lillois - copie.jpg

Le chiffre d'affaires de Volvo CE a augmenté de 24% au troisième trimestre de 2018 le meilleur résultat de l’histoire du constructeur. Le chiffre d'affaires s'est élevé à plus de 1,8 milliard d'euros par rapport au troisième trimestre de 2017.  Le résultat d'exploitation a également augmenté. Ce chiffre est passé de 196 millions d’euros à plus de 250 millions d’euros . En cause : progression des ventes  en Chine,  mais également en Europe avec + 53% surtout avec les machines compactes  destinées aux loueurs. Quant en Amérique du Nord relevons une forte hausse de + 47%  tandis qu’en Amérique du Sud  elle se situe avec +20%. © Bull BTP Photos CDU

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

JOB STORY

Avec cette rubrique, mon but est de mettre en valeur les opérateurs -on en parle rarement-  mais également les propriétaires de la machine qui sont  souvent «  au four et au moulin » et qui ont souvent les mains dans le cambouis surtout dans les petites structures. Il en  va de même avec les constructeurs, les  distributeurs  et les  entreprises, quels que soient leurs secteurs ; voirie, manutention, carrières, location,  recyclage etc. Mon site leur est ouvert.  En bref, jeter un regard  sur ce qui se passe chez nous et en dehors de chez nous. Voici donc un nouveau JOB STORY  qui vous emmènera d’abord  en Italie  puis en  France et pour terminer en Allemagne  et en Corée du Sud..Bon voyage !!

CNH Industrial au Congrès international du Comité européen des équipements de construction

CNH Industrial photo.jpg

Carl Gustaf Göransson, le Directeur de marque de CNH Industrial Construction Equipment, a participé à l’événement annuel phare du secteur d’activité pour souligner l’importante transformation affectant actuellement l’industrie et les perspectives d’avenir

Le Congrès 2018 du Comité européen des équipements de construction CECE qui regroupe les associations professionnelles nationales, fabricants, entreprises de construction a eu lieu à Rome. Cette industrie est essentielle à la croissance et au développement au sein de la communauté européenne, sachant qu’environ 400 000 personnes en Europe dépendent directement ou indirectement des fabricants d’équipement de construction comme source d’emploi. CASE Construction Equipment a joué un rôle clé grâce entre autres aux relations étroites que l’entreprise entretient avec l’Italie, le pays hôte du Congrès du CECE cette année. CASE y opère des activités de recherche & développement et possède deux usines, à San Mauro Torinese et à Lecce, où plus de 1 000 employés produisent huit différentes gammes de machines de construction ( mini-pelles,  pelles sur chenilles 30 t,  chargeuses pelleteuses, chargeuses sur pneus et niveleuses ).Carl Gustaf Göransson, directeur de marque de CNH Industrial Construction Equipment et membre du Conseil d’administration de CNH Industrial, a participé à la table-ronde intitulée « How the customer is changing: an open debate to a common vision » (Comment le client évolue : un débat ouvert pour une vision commune), avec un accent particulier placé sur les besoins croissants en numérisation et en connectivité, et sur l’augmentation de la demande en machines encore plus productives et plus respectueuses de l’environnement. Pour Carl Gustaf Göransson « Parmi toutes les industries, la nôtre, représentée par les machines opérant sur les chantiers, dans les carrières et sur nos routes, n’est pas directement associée aux concepts d’innovation et de durabilité. Rien n’est moins vrai : depuis de nombreuses années, nous sommes à l’avant-garde dans l’utilisation de technologies de pointe équipant nos machines, comme la gestion télématique et les solutions permettant une meilleure performance et une productivité accrue grâce à nos systèmes de gestion des machines. Et d’ajouter : « De plus, notre détermination à réduire la consommation de fuel va de paire avec la réduction des émissions, un clair indicateur des importants efforts réalisés par les constructeurs, et CASE en particulier, pour produire des machines de plus en plus efficaces et bénéfiques aux environnements dans lesquels nous opérons ».

Une pelle Hyundai sur pneus HW180 chez un ferrailleur

Hyundai - copie.jpg

Situé à Fécamp, en Seine-Maritime, Lefebvre Decultot  est spécialisé dans le recyclage de métaux et de ferrailles. Cette société familiale traite plus de 4000 tonnes de matériaux divers par an. Pour ce faire elle a acquit  en mars dernier auprès de son concessionnaire Blanchard TP une pelle sur pneus HW180  Hyundai, de 17,8 tonnes . "Je recherchais, dans le cadre d’un renouvellement de machine, une pelle polyvalente dotée de quatre stabilisateurs et d’une grande stabilité. ce qui est très important dans mon activité… et je souhaitais aussi un gros débit d’huile car l’utilisation d’une pince coupante en consomme beaucoup » explique le client. Pourquoi un modèle sur pneus ? Monsieur Lefebvre a également souhaité que sa pelle soit équipée du nouveau système de surveillance panoramique avancé (AAVM) de Hyundai offrant à l'opérateur une vision à 360° sur l'écran 8 pouces du tableau de bord. Ce système comprend, en effet, un module pour une vue virtuelle à 360° autour de la machine et un système de détection intelligent d'objets en mouvement (IMOD) qui détecte ces derniers dans le périmètre de fonctionnement de la machine et avertit ainsi l'opérateur. « Lorsque je me déplace à l’extérieur de mon site dans des entreprises, ces dernières sont très sensibles à la sécurité, et là on ne peut pas faire mieux, grâce à ces systèmes de sécurité sur la HW180 de HYUNDAI, je décroche des parts de marchés supplémentaires », commente l’heureux propriétaire.  Caractéristiques principales : Puissance nette au volant : 127kW/171ch.  Moteur : Cummins QSB6.7 (Jusqu’à 20% d’économie de carburant en mode nivellement (par rapport à la série 9).  Jusqu’à 12% plus rapide lors du nivellement (par rapport à la série 9).  15% plus rapide en mode chargement (par rapport à la série 9) et  90% de réduction des particules fines et de dioxyde d’azote (par rapport à la série 9). Vitesse de déplacement : 35km/h. Poids :17,8 tonnes.

Liebherr célèbre l’implantation d’une ligne de montage pour moteurs diesel à Colmar, France

 Dr. H.c. Dipl.-Ing. (ETH) Willi Liebherr, les directeurs généraux de Liebherr-Components Colmar SAS et Monsieur le Maire de Colmar inaugurant la nouvelle ligne d'assemblage (de gauche à droite: Jens Krug, Claude Ambrosini, Dr. Willi Liebherr, Gilbert Meyer, Diethard Plohberger, Dr. Ingo Wintruff).

Dr. H.c. Dipl.-Ing. (ETH) Willi Liebherr, les directeurs généraux de Liebherr-Components Colmar SAS et Monsieur le Maire de Colmar inaugurant la nouvelle ligne d'assemblage (de gauche à droite: Jens Krug, Claude Ambrosini, Dr. Willi Liebherr, Gilbert Meyer, Diethard Plohberger, Dr. Ingo Wintruff).

Au mois d’octobre dernier, Liebherr  a officialisé l’implantation d’un nouveau site de production en France en inaugurant une nouvelle ligne de montage destinée à la production de moteurs diesel de grande puissance.Liebherr-Components Colmar SAS  a célébré à cette occasion le début d’une nouvelle ère. Fondée en 2011, la société Liebherr-Components Colmar SAS appartient à la division Components et est spécialisée dans la conception, l’assemblage et les tests de moteurs diesel de grande puissance. La société a déménagé en 2014 dans une toute nouvelle usine construite à Colmar. Depuis cette date, divers projets de construction et d’installation sont arrivés à leur terme. La ligne de montage en série est désormais entièrement opérationnelle et offre de nouvelles perspectives à la société. Les origines du projet .Ce projet ambitieux a vu le jour en 2009, dans les locaux de Liebherr Machines Bulle SA en Suisse. Depuis 1985, le site de Bulle produit des moteurs diesel initialement destinés aux engins de terrassement tels que les pelles hydrauliques. La société a alors souhaité étendre son portefeuille de produits afin de proposer également des moteurs diesel pour les équipements miniers, par exemple les camions de transport. C’est dans ce contexte que Liebherr-Components Colmar SAS a alors été fondée en 2011.La construction d’un site de production a démarré début 2012 pour répondre à la croissance de cette nouvelle société. La nouvelle usine a ouvert ses portes en mai 2014, développant ainsi la présence de Liebherr dans la région de Colmar aux côtés des sites déjà existants: Liebherr-Mining Equipment Colmar SAS, Liebherr-France SAS ainsi que les cinq sociétés de distribution et de service Liebherr installées à Niederhergheim.Liebherr a lancé en mai 2016 la construction d’une nouvelle ligne de montage, divisée en plusieurs phases de construction et d’installation. Cette stratégie a permis à la société de démarrer la production en série avant même que la ligne de montage ne soit entièrement finalisée en mai 2018. Liebherr a investi un total de 10 millions d’euros dans cette nouvelle ligne de production

Création d'une société commune pour développer des machines de construction électriques pour le marché européen

Hitachi.jpg

Hitachi Construction Machinery développe depuis longtemps des machines de construction électriques pour aider à réduire la charge environnementale et les coûts du cycle de vie. Hitachi Construction Machinery a mis au point des pelles électriques ainsi que des machines de petite  et moyenne taille. Le constructeur fournit plus de 100  machines par jour, principalement sur le marché japonais. En outre, Hitachi Construction Machinery a  déjà fourni des pelles hydrauliques  électriques de grosse capacité   à de nombreuses mines.  Dès le début, Hitachi Construction Machinery s’est impliquée dans le développement de pelles électriques  à commencer avec la ZX70B en 2006. Entre-temps, le marché européen applique les réglementations les plus strictes au monde en matière de prévention du réchauffement climatique ce qui rend l'électricité particulièrement intéressante tant pour les automobiles que pour les machines de construction. KTEG dispose d'un vaste savoir-faire en matière de réglementation et de commercialisation des engins de construction électriques sur le marché européen. Avec la création de cette nouvelle société, la technologie électrique de Hitachi Construction Machinery et le savoir-faire technique de KTEG sont réunis pour utiliser les composants des équipements actuels et la création d'engins de construction électriques répondant aux besoins des clients .Le groupe Japonais continuera de coopérer avec divers partenaires commerciaux par le biais d’une innovation ouverte, en recherchant constamment des solutions aux problèmes des clients, notamment en améliorant la sécurité et la productivité, en réduisant les coûts du cycle de vie et en réduisant les charges environnementales, en développant des produits à forte valeur ajoutée

Volvo CE célèbre les 20 ans de développement de pelles hydrauliques en Corée du Sud

Groupe volvo.jpg

C’est en juillet 98 que Volvo achète le Coréen Samsung dans le but avoué de posséder une gamme complète et d’avoir un outil de production capable de produire 10.000 machines par an et s’ouvrir au marché asiatique.

Volvo Construction Equipment (Volvo CE) vient de  célébrer deux décennies de production de pelles sur son site de fabrication coréen à Changwon  en présence de l’Ambassadeur de Suède en Corée du Sud, Jakob Hallgren  et avec les dirigeants de Volvo CE, SM Yang, vice-président de Excavator Business, le président Melker Jernberg , de Diana Niu, Vice-président senior des ressources humaines et JW Choi, vice-président des opérations de Changwon. Lors de l’ événement à l'usine, le président de Volvo CE, Melker Jernberg, a remercié les 2 200 employés, fournisseurs commerciaux et clients pour leur engagement au cours des deux dernières décennies, et a souligné l'importance des excavatrices pour le succès futur de l'entreprise. Volvo CE exporte ses pelles hydrauliques dans 120 pays à travers le monde depuis son usine de Changwon, une usine qui représente plus de la moitié de la production mondiale d’excavatrices de la société. En juin 2018, l'usine avait produit 200 000 pelles et les exportations ont été multipliées par 10 depuis 1998. SungMo (SM) Yang, vice-président de la plate-forme commerciale des pelles hydrauliques de Volvo CE Korea, a déclaré: «L'usine de Changwon a connu une croissance remarquable, s'établissant fermement comme un fabricant mondial stable. Grâce à 20 ans d'innovation, à une main-d'œuvre exceptionnelle et à une coopération continue avec des fournisseurs locaux, nous sommes déterminés à poursuivre cette croissance encore longtemps » © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

INFRASTRUCTURES

Travaux en cours : ou en est-on ?

E42-E19/A7 – Jemappes: Fermeture d’une bretelle reliant le R5 à l’E42-E19/A7 vers Paris:

illu sofico copie.jpg

À partir de ce lundi 5 novembre, jusqu’à la fin de l’année 2018, les usagers circulant sur le R5 depuis Mons ne pourront plus gagner directement l’autoroute E42-E19/A7 vers Paris/Tournai. Cette bretelle sera soustraite à la circulation suite à des travaux effectués sur des pilastres du pont surplombant l’autoroute E42-E19/A7. Une déviation sera mise en place via Geothermia. Ces travaux, financés par la SOFICO, seront réalisés en collaboration avec le partenaire de la SOFICO : la Direction des Routes et Bâtiments du Service Public de Wallonie

R24 – Nivelles :Modification des conditions de circulation du rond-point de la rue de l’Industrie

R24 nivelles copie.jpg

Depuis mardi 30 octobre jusqu’au vendredi 16 novembre prochain, les conditions de circulation seront modifiées à hauteur du rond-point de la rue de l’Industrie suite au chantier de réhabilitation du R24 actuellement en cours.Pendant cette période, les accès et sortie au giratoire de l’Industrie depuis la rue de l’Industrie et le chemin de la Vieille Cour seront fermés. Un nouvel accès et une nouvelle sortie provisoires seront aménagés à proximité du carrefour de la rue de la Technique et du Chemin de la Vieille Cour, à 200 mètres du giratoire de l’Industrie. Pour rappel , le 1er octobre ce chantier a débuté par la réhabilitation du revêtement du ring de Nivelles. Il porte sur les deux sens de circulation, sur un tronçon d’environ 7 kilomètres compris entre l’intersection avec la N533 et celle avec la N25 (giratoire non compris).La réalisation de ce chantier permettra également d’élargir l’anneau du giratoire de la rue de l’Industrie et de réhabiliter les voiries des différents ronds-points (à l’exception du giratoire d’accès au Shopping, construit il y a peu).  Bon à savoir : Pendant l’hiver ce chantier sera interrompu  et la circulation s’effectuera selon des conditions habituelles sur le R24. Au printemps prochain Le chantier portera d’abord sur les deux derniers ronds-points :N27 et N586 (dit « des pompiers »). Il se clôturera alors dans la foulée par la réfection de la voirie dite « courante », entre les différents ronds-points. Les travaux devraient être achevés pendant l’été 2019, si les conditions météorologiques sont favorables .Ce chantier représente un budget d’environ 3 240 000 € HTVA financé par la SOFICO. Ces travaux seront réalisés en collaboration avec le partenaire de la SOFICO : le SPW Infrastructures.

Plan lumière 4.0 : Un éclairage intelligent pour les autoroutes et les routes wallonnes

LED2 - copie 3.jpg

Le Conseil d’Administration de la SOFICO vient de procéder à la désignation du soumissionnaire préférentiel du « Plan Lumières 4.0 ». Il a également demandé à son Président et à son Directeur Général de poser les actes nécessaires à la poursuite de la procédure du présent marché jusqu’à la décision d’attribution, cette dernière devant encore être adoptée par le CA de la SOFICO. C’est le consortium LuWa, composé des sociétés CITELUM, EDF-luminus, CFE, DIF infra 5 participations 1 B.V et de ses partenaires Engetech, Genetech, Jacobs, Newelec, qui a été désigné comme soumissionnaire préférentiel. Il s’agit de lumières LED dont l’intensité pourra être  pilotée  à distance en fonction de divers critères (trafic, visibilité réduite, conditions météorologiques, etc). Cet éclairage plus écologique moins énergivore remplacera progressivement  l’éclairage actuel (lampes à sodium) sur le réseau structurant soit  sur près de 2.300km qui compte plus de 63.000 supports et près de 73.000 luminaires. Commandé à distance depuis le Centre Perex  4.0 à Daussoulx, cet éclairage « intelligent », permettra  non seulement de diminuer la facture énergétique liée aux équipements routiers, mais également d’éclairer les endroits les plus stratégiques avec une intensité adaptée aux conditions de circulation et d'accroître encore davantage la sécurité routière sur les routes wallonnes. La durée de ce contrat sera de 20 ans, avec obligation du maintien des performances durant toute la durée de celui-ci.© Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

QUE SONT MES AMIS DEVENUS ?

La niveleuse

Avant la Première Guerre mondiale, un engin auquel on peut déjà donner le nom de « niveleuse tractée » fut mis au point. Il était remorqué par un attelage de chevaux ou par un tracteur. Cette « niveleuse » consistait principalement en une lame qui était la cheville ouvrière suspendue entre deux roues et fixée déjà à une suspension rotative. Au point de vue de l’évolution de la niveleuse, un des premiers perfectionnements a consisté à munir l’engin d’un petit moteur monocylindre actionnant une boîte de commandes permettant de modifier facilement, donc en augmentant la productivité de l’opérateur, l’orientation et l’inclinaison de chaque extrémité de la lame. Vers 1931 apparurent les premières niveleuses automotrices. Après quoi, la niveleuse se modifia progressivement pour atteindre son stade actuel grâce aux progrès des systèmes hydrauliques.

Adams LeTourneau Power-Flow 550

Adams LT westinghouse. juin 58jpg.jpg

Adams LeTourneau-Westinghouse proposait en 1958 une gamme de sept modèles dont la Power-Flow 550. La motorisation était assurée par un moteur diesel Cummins ou General Motors de 135 HP montés sur des blocs en caoutchouc réduisant ainsi les vibrations transmises à la machine et à l’opérateur. Cette niveleuse disposait d’un convertisseur de couple qui protégeait en même temps la transmission et le groupe moteur contre les dommages causés par les poussées brutales de chargement. En plus, ce convertisseur à étage avait pour fonction de supprimer la nécessité des fréquents changements de vitesse. Sa vitesse maxi en AV atteignait 42,4 km/h en AV et 37,8 km/h en AR.

Huber série D 

HUBERjanv 66 .jpg

Fabriquées à partir des années 60 sous licence par Hovers-Constructie  à Tilburg (PB), le constructeur américain offrait une gamme de niveleuses de 10,25 t à 14,75 t, avec des moteurs GM ou DAF de 65CV à 195CV.Elles étaient équipées d’un essieu avant à dispositif exclusif d’oscillation à parallélogramme qui assurait une garde au sol la plus grande tout en permettant une inclinaison des roues avant de 30° de chaque bord. Notons encore les commandes  100 % hydrauliques, l’angle de talutage de 90° à gauche comme à droite et le châssis du type « col de cygne » en caisson soudé. Au total, 350 niveleuses seront construites.

Aveling-Austin Super 500

Aveling Austin super 500.jpg

D’origine américaine, la Super 500 était fabriquée sous licence par Aveling-Barford en Angleterre. C’était une niveleuse à six roues motrices et six roues directrices d’un poids total de 15. 985 kg avec scarificateur et cabine. Elle était proposée avec deux marques de moteur au choix, soit un General Motors  de 189CV soit un Leyland de 166CV ou bien encore un Rolls-Royce. Côté transmissions, le constructeur proposait également le choix : ou un convertisseur de couple Clark , ou une transmission Powershift  Allison à 3 vitesses AV et AR. Cette niveleuse était équipée d’un châssis en col de cygne en caisson soudé, d’une couronne  d’orientation d’un diamètre de 1575mm  assurant un pivotement sur 360°et d’une lame à déplacement latéral jusqu’à 90°  pour assurer la meilleure utilisation de la force de traction. En plus, la possibilité de « marche en crabe » permet de compenser la dérive latérale en cas de cordons importants et de matériaux lourds ; elle améliore également la stabilité en dévers. En option, la Super 500 pouvait recevoir un scarificateur type en « V » à commande hydraulique, une lame bull à commande hydraulique d’une largeur de 2743 mm sur une hauteur de 1,092mmm et une cabine fermée.

Champion D740A

champion - copie.jpg

Cette niveleuse à châssis articulé de14,7 t plus maniable et plus polyvalente que les modèles rigides faisait partie d’une gamme de sept modèles de 14,7 t à 16,7 t à savoir : 710,715,715A, 720A, 740, 740A et 760. Construites par Dominion Road Machinery au Canada, ces machines de la série I étaient dotées d’une couronne de support de lame Power Plus , du système Hi-Lift ainsi que d’un châssis du type caisson. Elles ont été lancées en 1975 et étaient disponibles avec différents groupes propulseurs (moteurs, transmissions, pompes hydrauliques). American Champion a été créé par Samuel Pennock en 1877 et acheté par Volvo en 1997.

Galion T600

Galion niveleuse Decauville  juin 67  - photo.jpg

 Ce constructeur américain proposait fin des années 60 sa niveleuse T600  à 6 roues motrices et directrice équipée du système de contrôle « Grade O Matic », d’un convertisseur de couple, d’une transmission Powershift et d’un simple levier de commande à double contrôle pour la vitesse et la direction. Elle pesait environ 15t et était propulsée par un moteur diesel d’une puissance de +-130 kW. Galion Iron Works Cy a été fondé dans l’état américain de l’Ohio, en 1907 par David Charles Boyd. En 1992, Galion sera repris par Komatsu Dresser Cy. Entre-Temps au cours des années 80, Galion assemblera ses niveleuses et ses grues télescopiques dans des installations situées à Familleureux en Belgique.

Frisch F115

Frisch niveleuse KB  mars 68 photo.jpg

Fabriquée en Allemagne, Frisch proposait une large gamme de niveleuses. Fin des années 60, tout début 70 elles étaient importées par Klöckner-Bamaco à Nossegem. Toutes recevaient une motorisation d’origine allemande, un diesel Deutz refroidi par air. Pour sa part, la F115 était dotée d’un moteur d’une puissance de 130CV et d’une lame de 3660 mm de largeur. La pression de sa lame s’élevait à 5750kp et sa force de poussée à 6500 kp. Notons encore une transmission avec inverseur de marche ou convertisseur de couple avec boîte de vitesse enclenchables en marche (Powershift). Sa vitesse sur route atteignait les 43km/h.Frisch sera repris par le constructeur allemand Faun fin des années 70, puis par O&K en 1986  qui sera repris ensuite par Case-New-Holland (CNH) en 2001.

O&K niveleuse - copie.jpg

Caterpillar 14E

Cat 14E janvier 67jpg.jpg

Lancée en 1966, la niveleuse 14E, d’un poids de 13,6 t, était équipée de nouvelles commandes de lame actionnées hydrauliquement. Aux bénéfices d’un maniement aisé, s’ajoutaient aussi la précision de la lame et l’action positive des commandes mécaniques. Parmi les autres améliorations importantes apportées à la 14E, notons un nouvel essieu avant tout en acier, un équipement de direction surdimensionné et plus robuste et un nouveau système hydraulique qui facilite la mise en place des accessoires. Cette niveleuse recevait un moteur diesel D333A à couple élevé d’une puissance au volant de 152CV. En standard, elle était dotée d’une lame de 4 m.

BM Bolinder Munktell VHK 110

Bolinder.jpg

D’origine suédoise, cette niveleuse présente les caractéristiques suivantes : poids : 9,82 t , moteur :Volvo  D67, puissance :110HP , boîte mécanique , translation : 6x4 , dimension lame : 3050 mm largeur, 615 mm hauteur. Années production : 1961-1962. À partir de 1954 à 1971, le constructeur suédois proposait 6 modèles. Plus tard, Bolinder Munktell prendra le nom de BM Volvo. © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

CONSTRUCTEURS

Bobcat ouvre un nouveau centre SAV  et de pièces de rechange

centre Bobcat .jpg

Bobcat annonce l'ouverture d'un nouveau « Centre de Distribution de Pièces Détachées » pour l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique (EMEA) à Halle, en Allemagne. Fruit d'un investissement de plusieurs millions d'euros et des plus récentes technologies de magasinage, ce nouveau centre de distribution assurera une expédition dans les meilleurs délais des pièces détachées et autres composants à tous les concessionnaires et clients de la zone EMEA. Ces nouvelles installations d'une surface de 43 000 m2, couvrent l'équivalent de 14 terrains de football. Plus de 150 000 références sont tenues en stock. Le centre de Halle est également chargé d'approvisionner en produits après-vente le centre de Dubai aux Émirats Arabes Unis. Ce dernier assure la fourniture de pièces détachées à tous les concessionnaires Bobcat et DPP du Moyen-Orient et d'Afrique. Paulo Florindo, EMEA Aftermarket Senior Director de Doosan Bobcat EMEA déclare : « Avec l'investissement considérable que représente ce nouveau Centre de Distribution, nous renforçons très clairement notre engagement dans la région EMEA, et en Allemagne plus particulièrement. Le marché allemand est l'un des marchés fondamentaux pour nos activités en EMEA et le nouveau Centre de Distribution nous permettra de livrer nos clients allemands encore plus rapidement qu'auparavant et d'être plus flexibles face à leurs demandes. Avec la création de 130 nouveaux emplois, nous sommes certains d'offrir un service de la plus haute qualité. » Aujourd’hui, Bobcat s'appuie sur environ 180 concessionnaires dans 75 pays d'EMEA.

Nouveau logo pour les machines Caterpillar

nouveau-logo-pour-les-machines-caterpillar_620x350.jpg

Les machines, les moteurs, les groupes électrogènes et les équipements Caterpillar feront bientôt l'objet d'un nouveau look. Caterpillar remplace l'actuel "Power Edge" (marque déposée de Cat sur un fond noir par une barre rouge diagonale) par un nouveau graphisme appelé "Cat Modern Hex" avec un puissant hexagone rouge tridimensionnel. Ce nouveau logo a été conçu par le groupe de design industriel Caterpillar. "Notre objectif était de créer quelque chose avec un aspect haut de gamme", explique Ed Stembridge, chef de produit chez Caterpillar .Outre les machines, les groupes électrogènes et les moteurs, le nouvel habillage commercial sera utilisé pour l'emballage de pièces Cat et divers produits tels que les vêtements, les modèles réduits, etc..

Nouvelle chargeuse sur pneus Doosan DL580-5 pour travaux lourds

DL580 - 1972.JPG

Doosan vient de lancer sa nouvelle chargeuse sur pneus DL580-5 phase IV, D'une capacité de godet de 5,7 m3, la DL580-5  bénéficie de structures renforcées et d'un système sophistiqué à double circuit de refroidissement de l'huile des ponts. Elle constitue ainsi une solution idéale pour la manutention de blocs et autres applications lourdes des secteurs de l'industrie, des travaux publics, du recyclage, des mines et des carrières. Pour répondre aux besoins des applications lourdes, la DL580-5 affiche un poids opérationnel de 36030 kg et des charges de basculement statique élevées (machine droite / braquée à 40°) de 29700 et 26200 kg, respectivement. Les dimensions hors tout de la DL580-5 sont presque les mêmes que celles de la DL550-5 mais le nouveau modèle présente de nombreuses caractéristiques destinées à le rendre particulièrement fiable et durable (rigidité améliorée, plus de puissance en manutention, cinématique en Z renforcée entre autres). Comme tous les modèles de chargeuses sur pneus DL-5, la DL580-5 est disponible avec des bras de levage à grande hauteur pour une portée et une hauteur de déversement accrues. Retenons encore son nouveau design qui inclut un changement de couleur (la couleur orange a été remplacée par du gris foncé) pour les bras (groupe de travail), le châssis avant et les essieux avant et arrière. Quant aux lignes arrondies, plus dynamiques,elles soulignent la robustesse et la puissance des chargeuses sur pneus Doosan. Cette machine se voit dotée  d’un moteur Scania d'une puissance de 283 kW (380 CV, dune boîte de vitesse ZF à cinq rapports, d’un convertisseur verrouillable, du système ICCO (coupure intelligente de la transmission) ainsi qu’un système hydraulique à détection de charge (load sensing) et d’une cabine grand confort intégrant un écran de contrôle couleur LCD de 5,7" (14,5 cm) et une caméra de recul. Enfin, la DL580-5 reçoit d'origine le nouveau système de surveillance télématique DoosanConnect qui est désormais intégré à l'équipement standard de toutes les nouvelles machines DL-5. Le système DoosanConnect est un outil spécifiquement conçu pour les machines Doosan. Il fournit des informations exhaustives sur l'état et les performances de la machine par communication radio (réseau téléphonie mobile et satellite).

Keestrack  présélectionné au World Demolition Summit 20s18

Keestrack_PRE-Intermat_Tech 1.jpg

Au World Demolition Summit de Dublin, le constructeur belge affrontera avec son concasseur à percussions hybride sur chenilles R3e quatre autres entreprises. Enjeu : le prix "Innovation, Plant & Equipment". Avec une large variété d'applications, le R3e de Keestrack fait partie de la nouvelle génération de concasseurs à entraînement hybride. Le R3e, successeur du R3 (anciennement appelé Destroyer 1011), présente un design très attractif, qui a été distingué et mis à l'honneur par le prix Red Dot Design. Le design, la fonctionnalité, la sécurité et la facilité d'utilisation ont été pris en compte. Ces fonctionnalités ont également été reconnues par le jury du World Demolition Summit, qui a présélectionné Keestrack et son R3e malgré un nombre record d'inscriptions. Le vainqueur sera connu le 8 novembre lors d'une cérémonie à Dublin.,© Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

TECHNIQUE & PROCÉDÉ

Wirtgen  SP15i: une machine à coffrage glissant sans fil complètement automatisée

TITRE.jpg

Pour réaliser des bordures de trottoir pour l’aménagement d’un nouveau quartier  situé à Mobile dans l’État de l’Alabama ( USA) l’entrepreneur Ammons & Blackmon Construction LLC a réalisé la pose de bordures de trottoirs de façon complètement automatisée avec une SP15i de Wirtgen associée à des technologies 3D. Pour faire cela, plusieurs solutions étaient possibles : la pose d’éléments préfabriqués ou la création sur place de profils monolithiques avec des machines à coffrage glissant. C’est cette dernière solution qui a été retenue par  l’entrepreneur. Mais si cette solution peut sembler avantageuse, elle nécessite la mise en place de fil de guidage, une opération qui peut être longue et fastidieuse. Et bien là, cela n’a pas été nécessaire. En effet tout a été réalisé de manière complètement automatique

SP 15i compatible avec les commandes 3D usuelles

W_composing_Title_AutoPilot_00001_HI.jpg

Pour le chantier de Mobile, comme pour de nombreux projets de construction, un modèle de terrain en 3D était disponible. Le grand avantage de la SP 15i est que, grâce à son interface standard certifiée, la machine à coffrage glissant peut être équipée non seulement de l’AutoPilot, la commande 3D de Wirtgen, mais aussi de systèmes 3D d’autres fournisseurs. Les données sont transmises à la machine via l’interface 3D, différents appareils tels que des récepteurs GNSS RTK ou des stations totales automatiques étant utilisés lors de la pose. Les palpeurs montés sur la machine permettent une mesure précise pendant que la machine travaille. Ces systèmes vérifient en permanence si les valeurs de consigne et réelles correspondent bien aux paramètres de pose. À défaut de modèle de terrain 3D pour un projet de construction, les utilisateurs peuvent recourir à l’AutoPilot Field Rover de Wirtgen pour créer un nouveau modèle de données numériques directement sur le chantier.

L’élimination des fils de guidage simplifie également l’alimentation en matériau

W_photo_SP15i_00071_HI.jpg

Lors de la mission dans la petite ville de Mobile, l’équipe de pose de l’entrepreneur devait passer d’un corps de métier à l’autre plusieurs fois par poste. Il était donc logique que l’élimination des opérations fastidieuses de mesure, de tension et de contrôle des fils de guidage entraîne une énorme augmentation de la rentabilité du projet. L’alimentation en matériau s’en trouve également nettement simplifiée, car les camions peuvent rapidement approcher de la SP 15i et parce que les conducteurs n’ont pas à se soucier des fils de guidage. La machine à coffrage glissant a elle aussi contribué à un avancement particulièrement rapide des travaux, notamment grâce à son trimmer. En effet, celui-ci nivelle le sol, le préparant ainsi pour une pose optimale. La conception du tambour du trimmer repose sur la technologie de fraisage Wirtgen, une compétence clé de l’entreprise. Le trimmer télescopique hélicoïdal, équipé de pics à queue ronde, garantit une pose homogène des profils en une seule opération.

La machine à coffrage glissant Inset/Offset démontre sa grande polyvalence

Les travaux effectués en Alabama illustrent également la grande variété de profils monolithiques réalisables par la SP 15i en mode Offset avec ses nombreux profils standard ou spéciaux. Ainsi, à Mobile, la liste des tâches à réaliser comprenait non seulement les bordures de trottoir usuelles, mais aussi des travaux typiques pour les États-Unis tels que des bordures de trottoir combinées à des caniveaux, des caniveaux franchissables peu profonds entre accès privés et voies publiques ainsi que des trottoirs complets. Lors de ces travaux, la machine à coffrage glissant à poser le béton sur une largeur de 0,3 à 1,8 m et une hauteur de 15 à 30 cm.

Perfectionnement technique : l’AutoPilot 2.0 de Wirtgen

Une plus grande précision de pose à moindres couts : combiné aux modèles SP 15i et SP 25i, l’AutoPilot 2.0, développé et perfectionné par Wirtgen, permet une réalisation encore plus rentable et précise de profils offset et inset, quels qu’ils soient. Pour ce faire, le système 3D utilise soit un modèle de données déjà établi, soit un nouveau modèle de données numériques réalisé sur le chantier en toute facilité avec la canne à plomber Field Rover. Le logiciel de l’AutoPilot 2.0 vérifie automatiquement que les données importées ou créées ne comportent pas d’angles trop aigus pour la direction et la commande de la hauteur. L’utilisateur peut corriger directement sur la tablette les angles indésirables dans les données du modèle à l’aide d’éditeurs graphiques.

Déjà en Belgique

Baguette 1 copie.jpg

Dernièrement  la Wirtgen SP 15i ( i comme intelligente) est  au travail sur des chantiers en Wallonie. Elle a été  livrée par Wirtgen Belgium à  la  SA Marcel Baguette située à  Thimister-Clermont. Cet entrepreneur est spécialisé dans les travaux de voiries,  de terrassement, d’égouttage et de génie civil © Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

À LA UNE

Hoslet F. inaugure ses nouvelles installations en Brabant Wallon

FREDERIC HOSLET - copie.jpg

Flasch back

Tout commence en 2002 quand Frédéric Hoslet prend la décision de quitter l’entreprise familiale située à Chaumont-Gistoux pour créer sa petite entreprise de travaux de voiries et de jardinage. Les affaires allant bien, Frédéric Hoslet engage un, deux puis trois collaborateurs afin de répondre aux nombreuses demandes. En 2007, fort de 22 salariés, il lance son activité de location  et de vente de machines destinées au BTP et parcs & jardins.

Les armes de la croissance

BATIMENT 2 - copie.jpg

Cette même année  le partenariat entre BIA et Frédéric Hoslet voit le jour d’ou l’acquisition de ses premières machines Komatsu. Satisfait de cette marque premium et de sa collaboration avec BIA, il  élargit sa gamme de machines Komatsu et en propose aujourd'hui en location 14. Parmi celles-ci, on retrouve principalement des mini-pelles de 900 kg à 8 tonnes ainsi qu’une chargeuse articulée WA70, une chargeur compact sur chenilles  à contre rotation CK 25 ( skid steer)  et une pelle sur chenilles 138-US  à court rayon arrière de 13-15 tonnes. « Notre parc  de location est constitué de telle sorte qu’il puisse répondre à 85 - 90% des demandes » précise Frédéric Hoslet. Il y a deux ans  la société Hoslet F. rejoint  le réseau des Utility Partners de BIA. Aujourd’hui elle a pour vocation la promotion par la location et la vente dans le Brabant Wallon de la gamme compacte « Utility » de Komatsu. Les Utility Partners de BIA sont des distributeurs régionaux, expert dans leur métier et disposant de l’infrastructure technique et logistique leur permettant d’offrir un service fiable, efficace et rapide. Le 3 septembre dernier, la société Hoslet F. rejoint ses nouvelles installations d’une architecture contemporaine de 2500 m2, bâties le long  de la route reliant Perwez à Jodoigne. « Un investissement de 3,5 millions € terrain y compris » nous confie Frédéric Hoslet. Celles-ci comportent une aire de stockage de matériels, un entrepôt de pièces de rechange , un centre de location, un atelier  et un immense magasin dans lequel  on trouve un vaste choix en vêtement de travail en électroportatif et manuel ainsi qu’une quincaillerie. Depuis l’ouverture, Hoslet F a pris la décision d’arrêter ses activités  de travaux de voiries  pour ne pas être en concurrence avec ses clients  actifs dans le terrassement, les abords, etc.

Plus de service de proximité

PC  35 MR  - copie.jpg

La clientèle de la location est très attachée à la notion de service. « Régulièrement  nos clients nous téléphonent pour avoir une machine rapidement. Il va de soit que nous répondons dare-dare à toutes leurs demandes. D’ailleurs, nous leur proposons  des formules sur mesure qui conviennent parfaitement à leurs besoins, tant en termes de fiabilité que de flexibilité. En outre, notre société bénéficie d’une très forte implantation locale. Nous avons des liens très forts avec nos clients. Ils savent ce qu’ils peuvent trouver chez nous. Nous avons une très bonne image de marque auprès de nos clients réguliers, d’une part par la qualité du matériel offert en location, d’autre part par la qualité de notre service » souligne Frédéric Hoslet. © photos Bull BTP

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg

 

INFRASTRUCTURE

Beauraing – Réalisation d’un rond-point au carrefour dit « du petit caporal » (N40-N929)

image002-2 copie.jpg

Depuis lundi 1er octobre, un chantier se tient à Beauraing, au carrefour formé par la N40 (rue de Givet) et la N929 (rue de la Fosselette et rue de Forzée), dit carrefour « du petit caporal », pour y aménager un giratoire.

Ce rond-point permettra d’améliorer la sécurité à cet endroit et d’y réduire la vitesse, afin de diminuer le nombre d’accidents.

Impacts sur les conditions habituelles de circulation

Pendant le chantier, sur la N40, la vitesse est diminuée à 50 km/h dans les deux sens de circulation.Les accès entre la N40 et les latérales (N929 : rue de la Fosselette et rue de Forzée) pourront être ponctuellement fermés. Des feux signalisation devront être placés pour réguler le trafic pendant certaines phases du chantier.Pendant la trêve hivernale, la circulation s’effectuera sans feu.Ces travaux devraient être terminés, sous réserve des conditions météorologiques, pendant l’été 2019. Ce chantier représente un budget d’environ 870 000€ HTVA financé par la SOFICO. Ces travaux sont réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : le SPW Infrastructures

casque + bison jaune copie - copie 2.jpg